Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Manon Massé, cheffe du deuxième groupe d’opposition, et M. Vincent Marissal, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de finances

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Manon Massé, cheffe du deuxième groupe d’opposition, et M. Vincent Marissal, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de finances

Version finale

Le mercredi 31 mars 2021, 8 h

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Huit heures une minute)

Mme Massé : Oui, bonjour, tout le monde. Alors, on apprenait hier que le gouvernement de la CAQ a adopté un nouvel arrêté ministériel qui met au pas les agences de placement. Bon, bien sûr, ça fait depuis janvier que mon collègue Gabriel souffle à l'oreille de la CAQ que ce serait essentiel de poser ce geste-là. Le gouvernement n'est pas allé jusqu'au bout. Nous, on proposait que ce soient des contrats d'au minimum un mois. Là, on se retrouve avec 14 jours.

Ça fait que c'est un pas dans la bonne direction. Mais, ceci étant dit, que de temps perdu, que de temps perdu où le personnel a continué à se déplacer d'un endroit à l'autre, a continué à supplanter les femmes qui, elles, sont au front dans le réseau. Et elles se tapent encore aujourd'hui le temps supplémentaire obligatoire.

Alors, c'est triste que ça ait pris du temps, mais c'est comme une histoire qui se répète, hein? Le N95, on l'a dit pendant des mois, ça aura pris la cour pour venir permettre aux femmes sur le terrain de pouvoir se protéger. On l'a vu au niveau des aérosols. Ça fait que ça semble être quelque chose qui revient souvent au niveau de la CAQ, c'est prendre à moitié les idées des oppositions puis les amener très, très, très tard dans le processus, qui fait en sorte que c'est malheureux.

Ceci étant dit, comment faire? Bien, on le sait, comment faire. On le sait, comment faire pour s'assurer que les travailleuses ne fuient pas les services publics, et ça s'appelle des conventions collectives à la hauteur de la reconnaissance que nous avons par rapport aux travailleuses et aux travailleurs de ces secteurs-là.

D'ailleurs, aujourd'hui, au Québec, l'ensemble des syndicats ont appelé leurs membres à venir se faire entendre ici même, devant le parlement, mais un peu partout, dans différents endroits au Québec. Et, je pense, hier soir, on le sait, la ministre responsable du Conseil du trésor rencontrait les grands syndicats.

Alors, on sait qu'on est à un moment charnière. Mais aujourd'hui, là, moi, je rappelle au gouvernement et je rappelle, disons, à l'ensemble de la population du Québec qu'ici on ne parle pas des conditions de travail juste pour parler de conditions de travail, c'est que ces femmes-là, parce que, dans les services publics, c'est très majoritairement des femmes, sont au service de la population. C'est elles qui nous rendent service. C'est elles qui sont là lorsque nos enfants vont à l'école, au centre à la petite enfance. C'est elles qui sont là lorsqu'elles ont besoin… nos enfants ont besoin d'accompagnement en orthophonie, peu importe, en travail social, etc. C'est elles qui sont là dans nos hôpitaux, nos CHSLD, la DPJ. Ce sont les femmes qui tiennent à bout de bras ce que nous, la population, avons besoin pour mieux vivre, c'est-à-dire des bons services publics.

Et c'est dans ce sens-là que j'espère, que j'espère, que le gouvernement de la CAQ va faire un pas important dans le rattrapage des conditions de travail de ces femmes-là. C'est à travers les conventions collectives que ça se passe, c'est en négociation que ça se passe, et j'espère que le gouvernement va le faire. Pourquoi? Bien, parce que, si la CAQ n'avait pas encore compris que les services publics, ce n'est pas rien qu'une dépense, c'est un investissement pour le bien commun, bien, je pense que… j'espère, s'il n'a pas compris ça pendant le temps de la pandémie, je ne sais pas qu'est-ce que ça va prendre de plus pour qu'il le comprenne.

M. Marissal : Bonjour. Merci d'être là. Saga Fitzgibbon, épisode… J'ai perdu le compte, là, ça continue. Encore une fois, ce matin, dans les médias de Québecor, on voit que M. Fitzgibbon fait profiter à son entourage sa proximité avec le premier ministre.

Ce qu'on voit, en fait, ce matin, dans les journaux de Québecor, dans les médias de Québecor, c'est précisément la raison pour laquelle il y a un code d'éthique et c'est précisément la raison pour laquelle la Commissaire à l'éthique demande à M. Fitzgibbon de s'y conformer. Vous avez des actions dans une entreprise, c'est un de vos amis qui est à la tête de l'entreprise, vous êtes en visite à Paris avec votre patron, qui est le premier ministre, et vous faites… vous profitez de votre situation privilégiée de membre du Conseil des ministres pour présenter vos chums de business au premier ministre, tout en disant que : Non, non, non, il n'y a aucun conflit d'intérêts, cette entreprise-là ne fait pas affaire avec le gouvernement. Or, cette entreprise avait engagé un lobbyiste, et M. Fitzgibbon lui-même a fait rencontrer le patron de White Star avec le premier ministre.

Alors, je ne sais pas qu'est-ce qu'on peut avoir de définition plus claire d'apparence de conflit d'intérêts. Alors, ce qu'on demande, là, pour la énième fois, et là je vais le demander au premier ministre, parce que, de toute évidence, M. Fitzgibbon, ça lui passe six pieds par-dessus la tête, je demande au premier ministre, là, de retirer les fonctions de ministre à M. Fitzgibbon le temps qu'il se conforme aux directives très claires de la commissaire à la déontologie et du code de déontologie des membres de l'Assemblée nationale, parce que, de toute évidence, il y a des allers-retours qui contreviennent parfaitement à ce code de déontologie, et M. Fitzgibbon, plutôt que de se conformer, s'en prend personnellement à l'institution qui est représentée par la Commissaire à l'éthique.

Alors, je comprends que la meilleure défense, c'est l'attaque, mais ça ne changera pas le fait qu'il est en contravention et que, cette fois-ci, clairement, il a induit la commissaire en erreur, parce que cette entreprise cherchait à faire des affaires avec le premier ministre… avec le gouvernement, c'est-à-dire, et M. Fitzgibbon était bien placé pour le savoir parce que c'est lui qui a organisé les rencontres avec le bureau du premier ministre.

Alors, encore une fois, là, je pense que je viens de vous dire la définition de ce qu'est une apparence de conflit d'intérêts. Merci.

La Modératrice : On va prendre vos questions, une question, une sous-question, s'il vous plaît.

M. Laforest (Alain) : Pour vous, est-ce que Pierre Fitzgibbon, actuellement, doit quitter la politique? Il n'est pas capable de tout larguer puis de se conformer.

M. Marissal : Il doit quitter ses fonctions de ministre le temps de mettre ses affaires en ordre, le temps de recevoir une carte blanche, parce que, là, ça fait combien de cartons rouges qu'il reçoit? Encore une autre enquête en cours. Visiblement, il n'a pas compris qu'il est passé de l'autre côté, c'est-à-dire du côté de la politique, et qu'il y a des règles en politique. Il nous avait dit : Vous savez, j'ai beaucoup d'amis, là, habituez-vous, là, vous allez voir mes amis. Là, M. Fitzgibbon prend ses amis par la main puis il les amène au bureau du premier ministre. Ça ne va pas, là. On ne peut pas faire ça.

Je vous signale en plus que cette entreprise, White Star, comme tant d'autres, fricote dans les paradis fiscaux. Ça, ça ne dérange pas du tout M. Fitzgibbon. Il nous l'a dit assez souvent. Mais cette île de Guernesey, ce n'est pas un pays, là, ce n'est pas une province, c'est un coffre-fort. C'est un coffre-fort pour des entreprises qui cachent du fric, puis ça, ça ne semble pas du tout déranger le ministre qui est le responsable des relations du gouvernement avec les entreprises.

M. Laforest (Alain) : Pour compléter, là, qu'est-ce qui a changé dans la façon de penser de François Legault entre 2012 et 2021?

M. Marissal : Mais je ne suis pas psychiatre. Je ne sais pas. Est-ce que c'est le pouvoir qui fait que, maintenant, M. Legault pense que la fin justifie les moyens et que l'entreprise avant tout le reste… C'est un gouvernement qui a un très, très gros préjugé favorable envers la grande entreprise. Ça, on l'a vu à maintes reprises, ça, c'est très, très clair. M. Legault est prêt, semble-t-il, à passer l'éponge sur tous les manquements à l'éthique de son ministre. En tout cas, ça dénote une arrogance de plus en plus évidente de ce gouvernement-là. Chez M. Fitzgibbon, on l'avait vu, on l'avait compris, M. Fitzgibbon, à chaque fois qu'on lui pose des questions, la seule chose qu'il nous répond, c'est qu'on ne comprend rien. Moi, ce que je comprends, c'est qu'il est en parfaite contradiction, en contravention avec le code de déontologie.

M. Bergeron (Patrice) : Est-ce que ce n'est pas M. le premier ministre qui est, justement, ultimement responsable? C'est lui qui l'a choisi pour le mettre là. C'est lui qui est allé le chercher en politique. C'est son jugement qui est en cause.

M. Marissal : C'est non seulement lui qui l'a choisi, c'est lui qui le protège en ce moment, alors ce pour quoi je demande, nous demandons au premier ministre : Prenez M. Fitzgibbon, sortez-le du Conseil des ministres, demandez-lui de mettre ses affaires en ordre. M. Fitzgibbon l'a dit lui-même, et je le cite : «Si jamais je deviens un embarras pour mon gouvernement puis pour le premier ministre Legault, j'en prendrai acte et je quitterai.» Bien, clairement, c'est devenu un embarras, alors qu'il en prenne acte. Les électeurs qui l'ont mis là décideront, là. Il a été élu, là, il est député, mais il ne peut pas être ministre. Il ne peut pas continuer d'être ministre responsable d'un énorme budget à Investissement Québec, notamment avec les accointances qu'il a et qu'on voit, là, étalées à la une des journaux.

M. Larin (Vincent) : M. Marissal, dans ce cas-ci, c'est carrément M.Legault qui est impliqué. Là, il y a une photo où est-ce qu'on le voit en compagnie du P.D.G. de White Star. Est-ce que vous considérez que les conflits d'intérêts de M. Fitzgibbon éclaboussent le premier ministre dans ce cas-ci, que l'éthique même de François Legault peut être questionnée?

M. Marissal : L'éthique personnelle de M. Legault, je n'ai aucune raison de croire qu'il a quoi que ce soit à se reprocher. Là, M. Legault, ça fait quoi, ça fait 25 ans qu'il fait de la politique.

M. Larin (Vincent) : Là, il prétend qu'il ne le savait pas. Vous croyez ça?

M. Marissal : Oui. Cela dit, s'il ne le savait pas à l'époque, il le sait maintenant, et il le savait avant les photos de ce matin. Alors, il aurait pu prendre la décision qui s'impose et respecter l'autorité de la Commissaire à l'éthique. M. Legault a fait son lit, là, il a décidé de protéger son ministre. Tirez-en la conclusion que vous voulez. Il ne semble pas penser que c'est grave d'être en apparence de conflit d'intérêts quand on est un ministre plénipotentiaire comme peut l'être M. Fitzgibbon.

M. Larin (Vincent) : Puis, dans ce cas-ci, ça pose encore une fois la question de qu'est-ce que le premier ministre sait ou ne sait pas lorsqu'il recrute un candidat, parce que, visiblement, dans ce cas-ci, François Legault n'était pas au courant du fait que M. Fitzgibbon était investisseur, là, dans le fonds White Star quand il l'a présenté, le P.D.G. Bref, ça, ça pose encore la question, êtes-vous d'accord?

M. Marissal : C'est clair que M. Legault ne peut pas savoir tout de tous ses candidats avant les élections. Mais, une fois qu'ils sont élus, qu'ils ont prêté serment, ils doivent se plier au code d'éthique. M. Legault nous dit : Non, c'est le code d'éthique qui n'est pas correct. Jusqu'où il va aller pour tordre ce code d'éthique qui est très, très clair et qui s'applique à tout le monde? Alors, ce que je sais, c'est que, là, lui, il sait que M. Fitzgibbon a ce genre de lien professionnel, et personnel, et financier avec certaines entreprises. Ça a été écrit noir sur blanc dans un rapport de la Commissaire à l'éthique. Ça se lit comme un roman, d'ailleurs, c'est très, très clair.

M. Laforest (Alain) : ...

M. Marissal : Excusez-moi, je ne vous entends pas.

M. Laforest (Alain) : Est-ce qu'il n'a pas appliqué le principe de précaution en 2019?

M. Marissal : Il n'applique pas en ce moment le code de déontologie. Ça ne peut pas être plus clair que ça. Il y a un code de déontologie. Nous sommes devant un cas patent d'apparence de conflit d'intérêts. Vous savez, on n'engage pas un lobbyiste pour la beauté de la chose, là. On engage un lobbyiste pour faire des affaires avec le gouvernement. À moins de vouloir payer un séjour dans le Vieux-Québec à un lobbyiste, là, on engage un lobbyiste pour qu'il fasse son travail de lobby auprès du gouvernement. Cette entreprise avait des visées sur des contrats avec le gouvernement. On ne peut pas être plus clairs dans... Puis je suis poli, là, je dis «apparence de conflit d'intérêts», mais il y a apparence de conflit d'intérêts, ici, très claire.

M. Larin (Vincent) : Juste une dernière précision. Mais, si M. Fitzgibbon se conforme au code d'éthique, vous n'avez pas de problème à ce qu'il siège à titre de ministère de l'Économie?

M. Marissal : Bien, la question pour le moment est purement théorique parce qu'il refuse systématiquement de s'y conformer. Et non seulement il ne s'y conforme pas, mais il attaque personnellement la Commissaire à l'éthique. C'est un multirécidiviste du manquement au code de déontologie, M. Fitzgibbon. Alors, moi, je lui dis, là, une chose à la fois : Dehors du Conseil des ministres, là, va régler tes affaires, puis après ça on verra… puis ce n'est pas moi qui le verrai, c'est la Commissaire à l'éthique qui verra s'il se conforme ou non. En ce moment, j'en suis plus à la précaution de sortir M. Fitzgibbon de ses fonctions que de le réintégrer éventuellement.

Mme Massé : J'aimerais compléter là-dessus. En fait, là, il faut commencer à mettre le focus du côté de M. Legault. C'est M. Legault qui est le boss de Pierre Fitzgibbon. C'est M. Legault qui le couve sous son aile depuis des semaines, depuis des mois. C'est là qu'il faut regarder. C'est à lui qu'il faut poser les questions. Et c'est pourquoi qu'on dit : Bien, écoutez, le strict minimum, c'est de tasser cet homme-là du Conseil des ministres. Il a, actuellement, là, une grosse apparence de conflit d'intérêts, s'il te plaît, fais ça comme geste minimum.

Puis, après ça, M. Legault, regardez vos électeurs, là, puis dites-leur pourquoi, pendant des mois, vous avez laissé ce gars-là là, qu'il semble y avoir un deux poids, deux mesures face à d'autres députés, d'autres ministres, face au secteur public, face... C'est comme si c'est correct quand c'est le monde des grandes entreprises, le monde des grandes affaires, le monde des affaires de l'économie privée, mais, quand c'est l'économie publique, par exemple, ça, c'est des gros lobbys de syndicats méchants. Deux poids, deux mesures. Ça fait que, je pense, c'est vers M. Legault qu'il faut tourner la caméra.

M. Laforest (Alain) : Vous étiez là, vous, en 2012, assise pas très loin, là. C'est quoi qui a changé?

Mme Massé : Bien, écoutez, sinon qu'il était dans l'opposition et maintenant il est rendu de l'autre bord, mais, à mon sens, il n'y a pas grand-chose qui a changé. Sa vision de l'économie demeure la même.

M. Laforest (Alain) : Oui, mais il déchirait sa chemise pour l'éthique, là…

Mme Massé : Vous lui poserez la question. Je ne sais pas qu'est-ce qui s'est passé entre les deux.

M. Laforest (Alain) : Non, mais vous, là, vous l'avez vu, là, et aujourd'hui vous le voyez, est-ce que c'est la même personne?

Mme Massé : Oui, c'est la même personne, mais qui n'est pas assise dans le même siège. Et le code d'éthique, ce n'est pas quelque chose qu'on transforme, qu'on bonifie, qu'on change en fonction de qui est assis dans les sièges du gouvernement. Le code d'éthique, c'est un outil fondamental notamment pour redonner la confiance à la population. Ça fait que c'est pour ça que c'est encore plus dérangeant, ce qui se passe présentement, et que c'est vers le premier ministre qu'il faut mettre la pression.

La Modératrice : Une dernière question en français.

M. Bergeron (Patrice) : Est-ce que l'opinion publique est toujours prête à passer l'éponge? Parce que le gouvernement et le premier ministre demeurent avec une bonne cote de popularité. Est-ce que, donc, les affaires de Thouin, de M. Fitzgibbon, les gens sont capables d'accepter ça parce qu'il y a un lien avec le gouvernement, il y a une proximité, ils sentent le contact avec le premier ministre? Je ne sais pas, là, expliquez ça.

Mme Massé : Moi, il y a une chose qui est claire, là, c'est que la population, lorsqu'elle a voté pour François Legault puis son équipe, là, je suis certaine qu'ils n'ont pas voté pour un gouvernement qui répète exactement les façons de faire des gouvernements précédents. Je suis certaine qu'ils n'ont pas fait ça, c'est clair.

Alors, qu'en est-il aujourd'hui? Qu'en sera-t-il en 2022? On le verra. Aujourd'hui, ce qui est essentiel, c'est que M. Fitzgibbon, avec ce qu'il, une fois de plus, nous a appris dans l'espace public, bien, pas lui, parce que je pense qu'il aurait aimé ça qu'on ne le sache pas trop… bien, je pense qu'il faut que le Québec sache, oui, que le premier ministre, jusqu'à aujourd'hui, protège encore cet homme-là, et qu'officiellement Québec solidaire lui dit, là : Tassez-le de son siège, ça urge.

La Modératrice : Une dernière question en français? Est-ce qu'il y a des questions en anglais? Merci beaucoup. Bon matin.

(Fin à 8 h 19)

Participants


Document(s) associé(s)