Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle, et Mme Marie Montpetit, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle, et Mme Marie Montpetit, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé

Version finale

Le jeudi 23 septembre 2021, 14 h 55

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Quatorze heures cinquante et une minutes)

Le Modérateur : Bonjour. Bienvenue au point de presse de la cheffe de l'opposition officielle, Mme Dominique Anglade, qui est accompagnée de la porte-parole en santé, Mme Marie Montpetit. Mme Anglade, à vous la parole.

Mme Anglade : Merci. Et je suis accompagnée de Marie Montpetit pour réagir au dévoilement du plan du gouvernement. D'abord, ce qu'on a vu aujourd'hui, c'est une manière très typique de fonctionner de la CAQ, où on attend, on attend, on attend que les choses se gâtent sérieusement avant de réagir puis d'arriver avec un plan en catastrophe.

Et donc, dans le plan qui nous a été présenté, on parle bien sûr d'incitatifs monétaires pour les infirmières, mais surtout, ce que l'on constate, c'est qu'il n'y a pas véritablement de plan par rapport à toute la question des conditions de travail. Ce qui a été très clair de la part des infirmières, ce qui a été très clair de la part des intervenants du milieu, c'est la nécessité de changer les conditions de travail, c'est la nécessité de dire que le temps supplémentaire obligatoire allait être aboli. C'est de dire : Les ratios, le nombre de patients par infirmière, allaient être modifiés pour faire en sorte que ce soit acceptable, la manière de travailler. Ces conditions de travail là, elles sont essentielles pour faire en sorte qu'on ait un plan sur le long terme.

Ce n'est pas ce qu'on a vu dans le plan qui nous a été présenté. Puis je vous dirais même que les incitatifs financiers, ce n'est qu'une portion. Et, au passage, ce sont des bonis qui vont être distribués en pleine campagne électorale l'année prochaine. Donc, ce que l'on constate, c'est que c'est un plan qui réagit, encore une fois, à une situation qui est extrêmement difficile, mais on ne touche pas directement aux conditions de travail, et c'est véritablement ça, l'enjeu. Je vais maintenant céder la parole à ma collègue, Marie Montpetit.

Mme Montpetit : Merci, Dominique. C'est à se demander si le gouvernement et si le premier ministre, M. Legault, ont été à l'écoute des revendications des infirmières et des travailleurs de la santé, au cours des derniers mois, qui ont à maintes fois, à maintes reprises lancé des cris du coeur pour dire à quel point elles étaient épuisées, elles étaient au bout du rouleau, leurs conditions de travail étaient inhumaines. Elles se retrouvaient avec un nombre très important de patients dont elles devaient prendre en charge toutes seules, ce qui ne leur permettait pas d'assurer leur propre sécurité comme personnel, mais également la sécurité de leurs propres patients.

Ce qui a été mis sur la table, aujourd'hui, ce qui a été présenté par le gouvernement Legault, ça se résume à de l'argent. Et ce qu'elles demandent, les infirmières, ce sont des garanties que leurs conditions de travail vont s'améliorer, que le gouvernement va s'engager à mettre fin au temps supplémentaire obligatoire, ce qu'il n'a pas fait aujourd'hui. Il est resté muet sur cette question-là, il n'a pas pris d'engagement, il n'a pas dit dans quel laps de temps il pourrait y mettre fin, il n'a pas pris d'engagement non plus sur la question des ratios, des quotas, d'assurer justement que ces conditions-là de travail vont s'améliorer pour les travailleurs.

Donc, il ne répond pas à cette détresse-là, à ces cris de souffrance des infirmières, des travailleurs de la santé qui demandent d'avoir des garanties que leur travail, leurs conditions de travail vont être davantage respectueuses, vont être davantage bienveillantes et vont être davantage prévisibles, également. Et ça, le gouvernement Legault est resté complètement muet sur ces questions-là aujourd'hui. Donc, on aura certainement l'occasion d'entendre les réactions des travailleurs de la santé. Mais ce sont des solutions, aujourd'hui, qui sont proposées qui sont temporaires et qui... à terme, on se questionne vraiment sur si ça va venir faire une différence.

Autre point également, aussi, on a entendu le premier ministre et le ministre de la Santé qui ne se sont pas réengagés à ce qu'il n'y ait plus de bris de service, qu'il n'y ait plus de rupture de service. On l'a constaté au cours des dernières semaines, au cours des derniers mois, des urgences qui ferment, des soins intensifs qui ferment, des unités de néonatalogie, d'obstétrique qui ferment également. C'est très préoccupant. Les citoyens sont inquiets sur le terrain. Le ministre, la semaine dernière, s'était engagé à ce qu'il n'y en ait plus. Et aujourd'hui il a refusé de s'y engager de nouveau, et ça, c'est très préoccupant pour tous. Merci.

Le Modérateur : Merci beaucoup.

(Fin à 14 h 57)

Participants


Document(s) associé(s)