Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Alexandre Leduc, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de solidarité sociale, M. Sol Zanetti, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de services sociaux, et Mme Christine Labrie, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de condition féminine

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Alexandre Leduc, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de solidarité sociale, M. Sol Zanetti, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de services sociaux, et Mme Christine Labrie, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de condition féminine

Version finale

Le jeudi 25 mars 2021, 8 h 20

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Huit heures vingt-deux minutes)

La Modératrice : Bon matin. Bienvenue à ce point de presse de Québec solidaire. Prendra la parole tout d'abord Alexandre Leduc, député d'Hochelaga-Maisonneuve, suivi de Sol Zanetti, député de Jean-Lesage, et finalement Christine Labrie, députée de Sherbrooke. Vous pourrez poser vos questions par la suite.

M. Leduc : Merci. Bon matin, tout le monde. Bonne journée. Aujourd'hui, je veux réagir à la liasse d'amendements qui a été déposée par le ministre, il y a quelques jours maintenant, sur son gros projet de loi sur la santé, sécurité, la réforme qui est encadrée par le projet de loi n° 59.

On a pris le temps de bien les étudier. On demeure donc insatisfaits des différentes approches qu'il prend, des certains amendements qu'il dépose. On est satisfaits de manière générale, mais en particulier sur le fameux niveau de risque. Vous vous rappelez peut-être, dans sa première mouture, le ministre, pour le volet de prévention, pour prévenir qu'il y ait des accidents de travail, avait qualifié, là, des niveaux de risque faible, moyen, élevé. La santé, dans le niveau de risque faible, ça avait créé tout un scandale, avec raison, et il s'était fait complètement démolir en étude détaillée... en audiences, pardon.

Il avait décidé de retourner à la table à dessin et nous redépose une nouvelle mouture qui abolit tous les niveaux de risque mais abolit tous les minimums en même temps : plus de minimums, plus d'heures de libération pour la prévention, plus d'heures de comité de base. Et ça sera à chaque milieu de travail de négocier à la pièce le nombre d'heures qui serait approprié selon le milieu de travail.

Et cette deuxième proposition-là, donc, ce nouveau lapin qu'il nous sort de son chapeau, ne convient pas du tout. C'est encore un recul. C'est un recul pour les milieux de travail précaires, souvent des milieux à prédominance féminine, où est-ce qu'il y a beaucoup de personnes d'origine immigrante aussi.

Le fait d'avoir à négocier quelque chose dans un endroit non syndiqué, on imagine que ça n'obtiendra pas des résultats magiques tout seul. Si le propriétaire du Dollarama du coin de la rue met sur la table une demi-heure de libération par semaine pour faire de la prévention de santé et sécurité, quel est le véritable rapport de force d'un endroit non syndiqué pour aller chercher plus que ça? On s'imagine que ce n'est pas facile.

En plus, en étant aussi limités dans ces heures de libération pour faire la prévention, on imagine qu'ils vont se concentrer surtout sur les risques physiques, sur le fait de ne pas piler sur des fils électriques, par exemple, comme on est en train d'éviter de le faire en ce moment parce qu'il y a de la bonne prévention. Mais tous les risques psychosociaux, les risques psychologiques, la santé mentale, la nouvelle obligation de prévention en matière de violence conjugale, comment ils vont appliquer ça avec une demi-heure par semaine, les petits endroits précaires non syndiqués? On se le demande.

Dans les endroits syndiqués, eux, qui ont, on pourrait imaginer, qui ont un certain rapport de force, bien, le fait d'introduire l'obligation de négocier ce nombre d'heures de libération là sur chaque milieu de travail, qu'est-ce que ça va amener, concrètement? Ça va amener que la prévention de la santé et sécurité va devenir un élément de négociation comme un autre, comme les salaires, comme les fonds de pension, comme les assurances, alors que la prévention, ça devrait être obligatoire, ça devrait être non négociable, non monnayable.

Et, un fou dans une poche, les patrons, qu'est-ce qu'ils vont faire? Bien, maintenant qu'ils n'ont plus de minimum, bien, ils vont mettre sur la table des réductions du nombre d'heures de libération puis ils vont dire : Bien, si tu veux garder ton même nombre d'heures que tu avais avant, bien, peut-être que tu devrais baisser ta demande de salaire, ta demande d'assurance, etc. Bon, vous comprenez le jeu qui se passe. Et nous, on considère que c'est un énorme recul. On le dénonce, et là il y a un sérieux, sérieux examen de conscience que le ministre doit faire. 

On a commencé l'étude détaillée, là, la semaine dernière, avec des articles un peu plus simples, mais là, si le ministre veut que sa réforme fonctionne, si le ministre veut qu'il y ait une adhésion à sa réforme, il faut vraiment qu'il change de cap parce que, là, ça fait deux lapins qu'il nous sort de son chapeau. Pâques s'en vient, peut-être que le troisième lapin qu'il va nous sortir pourrait être en chocolat, cette fois-ci, qui soit digestible, qui soit plus agréable. Mais, pour prendre une autre analogie, là, il a déjà deux prises, il ne peut pas se permettre une troisième. Si on veut avoir une vraie réforme qui a l'adhésion de la population, notamment l'adhésion des travailleurs et des travailleuses, il faut que, cette fois-ci, la troisième soit la bonne.

Moi, je l'invite à retourner à la table à dessin et nous amener une troisième mouture en matière de prévention pour qu'on puisse vraiment, mais vraiment prévenir les risques de santé et sécurité au Québec. Merci beaucoup.

M. Zanetti : Bonjour. Alors, ce matin, moi, je vais réagir à la question des listes d'attente à la DPJ. On a une situation qui est catastrophique et qu'on avait vu venir, pour laquelle on avait averti le ministre il y a déjà longtemps. On lui avait dit : Il va y avoir un problème si vous n'augmentez pas drastiquement les conditions de travail des gens qui travaillent dans le réseau de la DPJ. Il va y avoir un problème pourquoi? Bien, entre autres, parce qu'il va y avoir de la mobilité de la main-d'oeuvre à l'intérieur des CISSS et des CIUSSS, étant donné que les DPJ sont fusionnées dedans. Donc, qu'est-ce qui se passe? Là, on voit qu'aujourd'hui il y a plus de 3 000 enfants qui attendent pour avoir soit une évaluation ou encore un suivi, et ça, c'est catastrophique.

À l'époque, on avait demandé au ministre Carmant : Mais qu'est-ce que vous allez faire? Augmenter les conditions de travail? Comment allez-vous vous assurer que la main-d'oeuvre, qui travaille dans des conditions extrêmement difficiles à la DPJ, ne quitte pas leur poste? Il nous avait dit : On va mettre de l'argent, on va cadenasser l'argent pour qu'il reste là, pour que les postes ne puissent pas partir de la DPJ. Mais les gens quittent les postes pour aller ailleurs pareil. Si on n'augmente pas les conditions de travail qui sont liées aux postes, vous avez beau cadenasser les postes, mais les gens s'en vont. Et comment peut-on les blâmer? Ces gens-là tiennent le réseau à bout de bras depuis si longtemps, en souffrant du fait qu'on ne leur donne pas les moyens de faire leur travail, en étant surchargés.

Et là l'argent que M. Carmant a mis de plus dans la DPJ, ce que nous apprend le terrain, les syndicats, c'est qu'il a été mis principalement pour engager des gens pour les signalements, pour traiter les signalements, pour descendre les listes, pour améliorer les chiffres, mais qu'au niveau du traitement, au niveau des suivis, il n'y a pas d'amélioration. C'est une intervention de façade qui a été faite. C'est pour sauver les apparences. C'est pour améliorer les chiffres. Ce n'est pas pour améliorer le bien-être des enfants.

Et là on a une situation critique. Il y a des enfants qui sont en danger après un an de pandémie. On le voit parce que les signalements augmentent avec le retour à l'école et il n'y a pas plus de monde. Ce qu'on va faire ce matin, moi, je vais déposer une motion dans laquelle on va demander au gouvernement d'investir drastiquement maintenant pour améliorer tout de suite les conditions de travail des gens à la DPJ.

Tu sais, le problème est connu, O.K.? Il y a eu la commission Laurent, mais, dès le début, tout le monde savait. Les conditions de travail ne sont pas assez bonnes, les gens sont surchargés, ça cause des problèmes. Et ça, c'est un problème sur lequel il pouvait déjà agir. Il y a une négociation, en ce moment, du secteur public, et puis les gens de la DPJ n'ont pas encore d'entente. Quel genre de signal est-ce que ça envoie? Quel genre de signal est-ce qu'on... Est-ce qu'on peut s'étonner, après tant de mois de négociation du secteur public puis qu'il n'y a pas d'entente, est-ce qu'on peut s'étonner du fait que les gens quittent leur poste pour aller ailleurs? Tu sais, c'était tellement prévisible. C'est tellement grossier comme négligence politique qui a été faite.

Alors, on va déposer la motion aujourd'hui pour que le gouvernement, sans attendre, augmente et améliore les conditions de travail des gens à la DPJ et on espère sérieusement qu'ils vont l'accepter et aller de l'avant avec ça. Merci.

Mme Labrie : Bonjour. Hier, on a entendu la ministre Charest en conférence de presse et on a pu voir à quel point il y a un problème, en ce moment, dans la gestion du dossier de la violence conjugale quand elle a démontré sa méconnaissance d'où était rendu l'argent qui avait été annoncé dans le budget de l'année dernière. Elle a laissé entendre qu'il était arrivé presque partout, alors que, malheureusement, il n'est pas arrivé presque partout au Québec, et on l'attend encore. Ça montre à quel point le suivi est déficient actuellement sur ce dossier-là et à quel point on a besoin de confier la mise en oeuvre des rapports, des recommandations, des plans d'action à quelqu'un qui va relever du Conseil exécutif, comme le propose, là, d'ailleurs, le rapport transpartisan.

C'est assez grave, ce qu'on constate, là, dans les derniers jours, sur le dossier de la violence conjugale, des féminicides parce que la CAQ fait carrément le contraire de ce qu'elle dit. Il y a eu une motion mardi sur le financement des ressources pour les hommes qui ont des comportements violents, qui veulent aller chercher de l'aide. Il y a des listes d'attente énormes en ce moment. Là-dessus, juste dans ma région, par exemple, l'organisme qui couvre le territoire de l'Estrie dit recevoir une vingtaine d'appels par jour. La liste d'attente, c'est quatre mois. Quatre mois, là, pour des hommes qui disent : Je pense que je dois travailler sur moi, j'ai besoin d'aide, et qui ne réussissent pas à en avoir avant des mois, c'est extrêmement problématique. Qu'est-ce que la CAQ a fait, malgré l'appel lancé aux hommes pour aller chercher de l'aide? Mardi, la CAQ a voté contre un financement supplémentaire pour les organismes qui viennent en aide aux hommes en difficulté.

Le même jour, mardi, le premier ministre lui-même a dit qu'il allait appliquer les 190 recommandations du rapport transpartisan. Il l'a dit, ce sont ses mots. Le lendemain, une motion que j'ai déposée, qui demandait de mettre en oeuvre deux de ces recommandations-là, celles qui consistaient à instaurer un secrétariat relevant du Conseil exécutif pour lui confier la mise en oeuvre du rapport, justement, ils ont voté contre. C'est un désaveu majeur. Le premier ministre a trahi sa parole. Ce que ça nous dit, c'est que ses mots ne valent rien, ses mots ne changent rien.

Et moi, en ce moment, là, je ne lui fais plus confiance du tout et je lui demande de revenir sur l'erreur qu'il a commise dans... les erreurs qu'il a commises dans les derniers jours en refusant de s'engager à passer à l'action. Je lui demande de confier vraiment le mandat à un secrétariat qui va relever du Conseil exécutif de mettre en oeuvre les recommandations qui sont dans les rapports. À un moment donné, là, ça va faire, de parler puis de ne rien faire. Ça va faire, de parler puis de dire le contraire le lendemain.

Donc, moi, mon niveau de patience à cet égard-là, il est dépassé depuis longtemps, et je n'accepterai plus de regarder le premier ministre puis le gouvernement de la CAQ trahir sa parole jour après jour sur ce dossier-là.

La Modératrice : Merci beaucoup. On va prendre vos questions.

Mme Gamache (Valérie) : Mme Labrie, justement, à ce propos-là, il y a eu quand même un gazouillis hier, un peu controversé, provenant de votre parti, où on disait : «M. Legault, vous laissez mourir des femmes.» Ça a été ensuite... Il y a votre cochef qui a demandé à le retirer. Comment vous avez réagi quand vous avez vu ce tweet-là apparaître?

Mme Labrie : Il a été retiré parce que c'était une erreur. Par contre, moi, ce que je trouve important de souligner, c'est que, là, on présente un budget, puis les fonds annoncés en violence conjugale dans le budget de l'année dernière, il y a un peu plus d'un an, ne sont pas rendus.

On parle d'un gouvernement qui se disait le champion de l'efficacité. On parle d'un gouvernement qui dit que c'est important pour lui de soutenir les victimes de violence conjugale et de lutter contre ce fléau-là, et, plus d'un an plus tard, les organismes, en majorité, n'ont pas reçu l'argent prévu dans le dernier budget. Il y a un problème. Il y a un problème majeur. Puis la ministre de la Condition féminine ne sait même pas que l'argent n'est pas rendu, en plus. Donc, moi, je trouve ça extrêmement problématique.

Là, si c'était possible, s'il vous plaît, l'argent était sur cinq ans, quand ils vont envoyer le chèque dans les prochaines semaines, j'espère, peut-être qu'ils pourraient envoyer le chèque pour les deux années en même temps parce que je ne peux pas croire qu'ils vont aussi attendre pendant un an l'argent qui est prévu cette année.

Mme Gamache (Valérie) : Est-ce que vous vous attendez, justement, à ce que ce soit bonifié, cette enveloppe-là qui a été annoncée l'année passée?

Mme Labrie : Effectivement qu'on s'attend que ce soit bonifié parce que, dès l'année dernière, on l'a toujours dit, ces fonds-là, ils ne servaient qu'à consolider le réseau, ils ne servaient pas à augmenter les services. Et la demande, elle est en augmentation fulgurante. On a besoin d'investir davantage, pas juste pour consolider, mais pour aussi offrir davantage de services, y compris davantage de places en hébergement, mais aussi davantage de services pour les hommes qui vont chercher de l'aide. Il faut être capable d'aller les rejoindre partout sur le territoire du Québec. Il faut mettre en oeuvre des recommandations comme celle, par exemple, d'instaurer une ligne de référence téléphonique 24/7 pour les conjoints violents. C'est urgent, là. Ça ne suffira pas de se contenter de ce qu'il y avait dans le budget de l'année dernière en violence conjugale.

Et ce qui m'inquiète beaucoup, c'est que, dans les dernières semaines, on les a entendus se péter les bretelles avec cet argent-là, comme quoi ils en avaient donc bien fait puis donc bien plus que les gouvernements d'avant. Mais tout le monde sait que cet argent-là n'était même pas suffisant pour consolider, tout le monde sait qu'on n'ajoute pas de services avec cet argent-là et tout le monde sait qu'on a besoin d'une augmentation de services parce qu'il y a une augmentation de la demande.

Donc, est-ce que je suis satisfaite de cet argent-là, même si c'est plusieurs millions? Non. C'est certain que non. Tant qu'il y aura des listes d'attente pour des gens qui demandent de l'aide, soit pour changer leur comportement, soit pour se mettre en sécurité, je ne serai pas satisfaite.

Mme Gamache (Valérie) : M. Leduc, sur le p.l. n° 59, sur le niveau… vous êtes quand même satisfait que le niveau de risque ait été aboli, que ça, le fait qu'on ait enlevé ça, cette notion de faible, modéré, élevé… En fait, ce que j'ai de la misère à comprendre, c'est qu'on a aussi enlevé les critères pour se qualifier à ça. C'est-à-dire qu'on…

M. Leduc : Le nerf de la guerre, là, dans la prévention, c'est les heures de libération pour le représentant à la prévention pour qu'il puisse faire son travail d'inspection, vérifier et faire sa tournée : Est-ce que tel fil est bien installé? Est-ce que tel risque, on a bien fait l'évaluation? C'est ça, le nerf de la guerre. c'est de l'argent, dans le fond, hein? C'est le patron qui libère de son travail quelques heures par semaine un salarié pour faire ce travail-là. C'est comme subventionné, en quelque sorte, par l'employeur.  Puis ça…

Là, je fais un petit «crash course» d'histoire, là, mais c'est parce qu'on a renoncé, historiquement, à poursuivre notre employeur si on se blesse ou si on meurt au travail. Et, en renonçant à ça… on a tout un volet de prévention qui est financé.

Tout ça pour vous dire que le risque faible, moyen, élevé, moi, je lui ai dit, à Jean Boulet, quand je l'ai appelé puis qu'il m'a dit : C'est beau, je vais revoir ça, les niveaux de risque, j'ai dit : Jean… Bien, on se tutoie, bien sûr, en dehors du salon bleu. J'ai dit : Jean, si tu fais juste ôter l'étiquette faible, moyen, élevé, tu auras juste fait de la poudre aux yeux. Le vrai enjeu, c'est le nombre d'heures de libération par semaine.

Le problème de faible, moyen et élevé, ce n'était pas tellement faible, moyen et élevé, c'est… ce que ça donnait comme heures de libération, c'était franchement ridicule. Quand je vous disais une demi-heure par semaine, c'était entre autres ça, pour certains secteurs.

J'ai dit : Là, il a ôté les étiquettes, bravo, mais il abolit toutes les normes. C'est comme si je vous disais : Demain matin, j'abolis le salaire minimum puis je vais laisser tous les milieux de travail discuter de comment ils pourraient vérifier quel salaire serait le bon. Qu'est-ce que vous pensez qui va arriver? Dans les secteurs où est-ce qu'il y a déjà un salaire minimum ou à peu près, bien, les fous dans une poche, les patrons vont mettre un petit peu de pression à la baisse. Puis, dans les secteurs où il y a déjà plus que le salaire minimum, bien, ils vont dire : Ha, ha! Je n'ai plus de normes en dessous, bien, on va pousser vers la baisse.

Alors, l'abolition des normes minimales, c'est d'une absurdité sans nom dans un secteur qui ne devrait pas être négociable. Ça ne devrait pas être quelque chose de négocié : Oui, tu veux... Tu mets les normes. Si tu en veux plus, oui, tu le négocies. Puis il y a plein de conventions collectives qui ont plus que ce qui est déjà prévu dans la loi, puis c'est correct de le négocier puis, là, ça devient un enjeu. Mais qu'il y ait une base puis que la base soit suffisamment élevée pour faire un travail de prévention digne de ce sens... digne de ce nom.

Mme Chouinard (Valérie) : J'aimerais entendre M. Zanetti sur le budget aujourd'hui, notamment les listes d'épicerie des maires de Québec, de Lévis. On pense au tramway, on sait qu'il y a déjà l'enveloppe de 3,3 milliards de dollars qui a été octroyée, peut-être de l'argent de plus, là, pour la desserte des banlieues. Lévis, on a hâte de voir le projet de tunnel commencer. À quoi vous vous attendez aujourd'hui?

M. Zanetti : Bien, nous, évidemment, on s'attend à ce qu'il y ait de l'argent pour le transport en commun, c'est sûr, pour le transport en commun dans les villes qui le souhaitent, qui ont des projets puis qui attendent après le gouvernement pour aller de l'avant. On sait que le financement des municipalités par l'impôt foncier, ce n'est pas suffisant pour faire tous les investissements en infrastructure qui sont nécessaires à l'heure de la transition écologique. C'est donc une responsabilité du gouvernement.

En ce moment, tout ce qu'il fait, c'est de faire ce qui avait été promis avant. Et on dirait qu'il y a eu... Il a essayé, même, de s'en défaire dans les deux dernières années en faisant planter le projet de tramway à Québec, entre autres.

Mais nous, on espère, évidemment, des investissements massifs, des investissements plus grands que ça. Québec a besoin de plus que ce qui est sur la table, c'est sûr, oui, pour la desserte des banlieues, oui, pour du transport en commun, pour le tramway, c'est certain.

Et puis on ne serait vraiment pas déçus, par contre, que le projet de troisième lien, les fonds qui soient alloués là soient affectés à d'autres choses, comme, par exemple, le transport en commun, parce que c'est un gros montant auquel on s'attend.

D'ailleurs, ça n'a jamais été dévoilé encore. Les spéculations sont de... entre 3-4 à 6-8 milliards, environ. J'espère qu'on va avoir des détails parce que M. Bonnardel, en début de mandat, promettait une première pelletée de terre avant la prochaine élection. Donc, je veux dire, normalement, si on n'a pas les chiffres aujourd'hui, c'est vraiment un manque de transparence important ou le signal qu'ils ne sont vraiment pas prêts, que ça va être reporté aux calendes grecques, ce qui serait une bonne nouvelle, dans la mesure où on pourrait prendre cet argent-là pour le mettre là où on en a vraiment besoin pour la décongestion des villes puis la fluidité de la mobilité, c'est-à-dire dans le transport en commun.

Mme Gamache (Valérie) : Si vous ne voyez pas, donc, dans le budget de signe clair pour le tramway, pour vous, c'est clair, il faut que ça s'en aille directement... en fait, pour le troisième lien, il faut que ça s'en aille directement au tramway. C'est l'équation que vous faites?

M. Zanetti : Bien, dans le transport en commun en général. Tu sais, je pense que l'argent qui va... que le gouvernement doit être en train de planifier pour le troisième lien, c'est des milliards dont on a beaucoup plus besoin en transport en commun à Québec, dans d'autres villes aussi.

Pour le transport interrégional, nous autres, à Québec solidaire, on propose que le transport interrégional soit une responsabilité de l'État, qu'on arrête d'investir de façon absurde dans des compagnies privées tout le temps qui ont besoin d'argent puis qui finissent par pas desservir la Gaspésie comme il faut, par pas desservir toutes les régions du Québec.

Alors, des idées d'investissement en transport en commun, là, interrégional puis à l'intérieur des villes, il n'en manque vraiment pas. Puis, si le gouvernement nous disait : L'argent qui était supposé aller dans le troisième lien va aller là, évidemment que ce serait une bonne nouvelle pour la planète, pour pour tous les gens qui, au Québec, ont besoin de transport.

La Modératrice : On va prendre une dernière question.

Mme Chouinard (Valérie) : La semaine dernière, votre collègue, Mme Dorion, disait, elle : Si le projet du troisième lien était 100 % projet de transport structurant, on est pour. Vous en êtes où, vous?

M. Zanetti : Bien, ce serait le moins pire des scénarios. Évidemment, à partir du moment où on déciderait de faire un troisième lien de transport en commun exclusif, il faudrait qu'on évalue quel est le meilleur rapport coût-bénéfice. Tu sais, est-ce que le meilleur rapport coût-bénéfice, c'est de creuser en dessous du fleuve Saint-Laurent ou le meilleur rapport coût-bénéfice, c'est de faire un tramway qui passe par les ponts, mais qui va partout à Lévis puis qui se rend même jusqu'au cégep de Lévis-Lauzon? Là, il faut l'évaluer.

L'important, c'est que le lien entre Québec, Lévis doit être de transport en commun. Sinon, qu'est-ce qu'on fait? On va juste amener plus de voitures au centre-ville de Québec, augmenter la congestion. Puis, selon les derniers tracés qu'on a vus, là, la congestion de milliers de voitures supplémentaire, savez-vous où est-ce qu'elle arriverait? Elle arriverait près du Stade Canac à Québec. Alors, c'est comme si les gens de Lévis vont couper la file de tout le monde qui part des banlieues de Québec pour aller, en auto, au centre-ville. Le matin, là, les gens de Saint-Émile puis les gens, là, qui prennent la Laurentienne, là, ils ne trouveront pas ça drôle, arriver puis finalement, là, passer 45 minutes de plus dans le trafic parce qu'il y a 5 000 ou 6 000 Lévisiens qui passent devant eux autres parce qu'ils débouchent du troisième lien juste au Stade Canac. Tu sais, c'est ça, l'enjeu, là.

La Modératrice : Merci beaucoup.

Mme Chouinard (Valérie) : ...juste, si c'est possible, une réaction par rapport au rapport du BAPE sur le projet GNL, particulièrement? Je ne sais pas si c'est...

Une voix : Qui qui se sent à l'aise?

M. Leduc : Oui?

Mme Chouinard (Valérie) : Juste une réaction sur ce qui est arrivé au cours des dernières heures.

M. Leduc : Bien, comme ma collègue... l'a dit hier, c'était un mauvais. C'est un projet du XIXe siècle. Il serait temps, là, que le ministre mette le dernier clou dans le cercueil de ce projet-là pour que ça aille aux poubelles, là, puis qu'on passe à autre chose.

La Modératrice : Génial. Merci beaucoup.

M. Leduc : Merci.

(Fin à 8 h 42)