Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Catherine Dorion, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de francophonie

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Catherine Dorion, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de francophonie

Version finale

Le vendredi 19 mars 2021, 9 h 20

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Neuf heures vingt-cinq minutes)

Mme Dorion : Salut, tout le monde. Je m'en vais en interpellation tantôt. Je devrais, comme bien du monde, être supercontente que le projet de tramway ait débloqué puis qu'on puisse aller de l'avant, en tout cas, c'est ce qui semble être avancé dans les médias. Et, oui, je suis contente, sauf que j'ai quand même quelque chose en travers de la gorge et je reste insultée.

Je pense que les citoyens de Québec, et là je parle même au-delà de mes concitoyens dans Taschereau, ont le droit de savoir qu'est-ce qui a fait qu'on a perdu, avec tout le niaisage, là, de la CAQ, depuis son élection, par rapport au projet de tramway, qu'est-ce qui a fait qu'on a perdu environ un an, à peu près 100 millions de dollars en retard, en brettage, en niaisage?

Il y a eu plusieurs arguments invoqués. Il y a eu l'argument que le fédéral ne donnait pas le financement. On a vu que c'était n'importe quoi. Il y a eu l'argument que ça ne va pas assez dans les banlieues. On a vu que c'était n'importe quoi. Et là le seul argument qui reste, c'est celui qu'ils ont avancé quand ils ont dit : Bien, c'est dans le caucus, c'est dans les discussions de caucus, c'est entre les ministres que, là, il y a eu de la grogne.

Je pense que, comme citoyens de Québec, puis je pense particulièrement aux citoyens de Charlesbourg... moi, j'ai vécu 10 ans à Charlesbourg, je connais pas mal de monde là-bas, et tout le monde à Québec se demande qu'est-ce qui s'est passé. Qui a dit : Je ne veux pas que ce projet-là marche? Qui, dans le caucus de la CAQ ou parmi les ministres, a dit : Non, ça n'ira pas à Charlesbourg, non, ça n'ira pas à Cap-Rouge? C'est des banlieues pourtant.

C'est-u Jonatan Julien qui fait passer ses anciennes petites guéguerres avec le maire avant les intérêts des citoyens de Charlesbourg? C'est-u ça? Si c'est ça... ce n'est peut-être pas ça, mais, si c'est ça, les citoyens de Charlesbourg sont en droit de savoir, et on a absolument besoin de savoir.

Est-ce que c'est Éric Caire, le vieux militant anti-transport en commun, l'ancien chroniqueur à Radio X qui criait : No way, tramway, qui a une trop une grosse voix dans le caucus? C'est-u ça? Si c'est ça, les gens de Québec, les gens de La Peltrie ont le droit de savoir.

C'est-u la ministre Guilbault qui n'a pas pris son leadership de ministre de la Capitale-Nationale puis qui a laissé des petites games personnelles jouer avant... ou des dogmatismes anti-transport en commun jouer avant les intérêts des citoyens de Québec? Ça, je pense aussi que les citoyens de Québec sont en droit de savoir, particulièrement les citoyens des banlieues, qui ont donné une telle force au gouvernement de la CAQ aux dernières élections et qui... On l'a vu à Cap-Rouge, il a fallu que le comité citoyen sorte pour dire : Bien, nous, on défend les intérêts des citoyens parce que notre propre ministre de la Capitale-Nationale et députée ne le fait pas.

Alors, c'est ça que je vais aller investiguer en interpellation. Comme d'habitude, je suis certaine que je vais avoir une réponse claire, précise, avancée, mais... Voilà.

Mme Prince (Véronique) : Donc, vous pensez que c'est la politique qui a coûté 100 millions de dollars de plus...

Mme Dorion : Je me pose la question c'est quoi. Puis je pense qu'il faut le demander. Il faut que vous le demandiez à chacun des députés de la région de Québec. Il faut que nous, on le demande à chacun des députés de la région de Québec. C'est le seul argument qui est resté puis c'est l'argument qu'ils ont donné en dernier : Écoutez, ça, c'est passé dans le caucus. Bon, bien, c'est qui? Les citoyens de Charlesbourg ont perdu leur portion du tramway. Ils ne savent pas à quoi s'attendre. Est-ce que leur député s'est battu pour eux? Qu'est-ce qu'il a dit? Pourquoi ils n'auraient pas le droit de savoir, tu sais?

Journaliste : Le tracé pour l'instant propose de s'étendre de Saint-Roch jusqu'à D'Estimauville. On ne connaît pas encore les impacts environnementaux à ce niveau-là. Croyez-vous qu'on doit avoir de nouvelles audiences du BAPE?

Mme Dorion : Je n'ai pas suivi de près cette portion-là depuis que c'est sorti. Moi, je laisserais le bureau de projet voir où est-ce qu'ils en sont. Ça fait 20 ans que ce projet-là est en marche et ça fait trois ans qu'il est en marche de façon extrêmement concrète avec, contrairement à ce qu'ont dit certaines radios, beaucoup de consultations auprès des citoyens de la ville. Il y a des choses qui ont été prises en compte dans les consultations, il y a eu une grande ouverture. Là est-ce qu'il faut voir... Je ne peux pas vous répondre, là. Je poserais la question au bureau de projets.

M. Gagnon (Marc-André) : Le gouvernement du Québec, là, en fait, le ministère des Transports, donc, promet de prendre sous son aile toute la desserte des banlieues nord, dont Charlesbourg. Est-ce que vous pensez que c'est une bonne idée, là? Ce qui est dans l'air, c'est qu'ils veulent s'inspirer de ce qu'ils ont fait à Montréal avec le réseau de voies réservées dans la métropole puis de faire ça sur les principaux axes routiers de la capitale.

Mme Dorion : J'ai hâte d'en savoir plus. Mais là on a du monde qui manifestement, d'après ce qu'ils nous ont montré depuis qu'ils sont élus, connaissent très mal le dossier de l'achalandage à Québec, de pourquoi les gens ne prennent pas le transport en commun plus que ça, de qu'est-ce qui va faire qu'ils vont le prendre, à quel coût, et tout ça. Et on a à côté une tonne d'experts, de professionnels, un bureau de projet qui travaille de façon extrêmement professionnelle depuis des années, qui a ces réponses-là. Personnellement, je fais beaucoup plus confiance aux deuxièmes. Et j'ai l'impression, personnellement, que ce n'est pas une bonne idée. Ceci dit, laissons la chance au coureur. S'ils arrivent avec un truc extraordinaire qui va augmenter l'achalandage dans le transport en commun et faire une réelle différence, tant mieux.

M. Gagnon (Marc-André) : Un des dossiers dans lequel on n'a pas encore beaucoup de réponses, en tout cas, il reste encore plus de questions que de réponses, c'est celui du troisième lien, qui doit aboutir aux portes de votre comté qui est Taschereau. Est-ce que votre position a évolué par rapport à ça, à partir du moment où ils disent : Bon, il va y avoir une place importante au transport en commun, et le troisième lien sera très fortement intégré, imbriqué à celui de tramway?

Mme Dorion : S'ils voulaient faire un lien, un troisième lien qui était uniquement du transport en commun, là il y aurait un super beau développement du centre-ville de Québec dans l'endroit où ça va déboucher, et du centre-ville de Lévis. Ça pourrait faire quelque chose d'extraordinaire, honnêtement. Et ça, moi, je serais pour, j'appuierais ce projet-là. Puis, par contre, de ramener une autoroute, de ramener une sortie d'autoroute, de ramener ce genre de projets qui ont brisé la ville de Québec et tout particulièrement le centre-ville...

Tu sais, quand on entend parler les citoyens quand ils viennent s'exprimer, là, par rapport au développement de la ville de Québec, les citoyens du centre-ville, c'est des citoyens qui se sont fait voler un quartier parce qu'il y a une autoroute qui passe à travers, qui se sont fait voler un quartier parce qu'il y a une autoroute qui passe à quelques mètres, finalement, ça a défait la ville en petits morceaux, qui ont beaucoup de difficulté à passer sans avoir une automobile d'un bout à l'autre.

Et là la ville de Québec change, ce n'est plus la ville de Québec d'il y a 10 ans. Le monde, à Québec, veut pouvoir se promener dans des places qui sont agréables, qui ne sont pas vroum! vroum! des gros boulevards où tu n'es plus capable d'avoir du plaisir à vivre ta ville.

Ça fait que je suis avec ces citoyens-là, moi. Je ne veux pas qu'on ne soit plus capable de marcher à Québec, de faire du vélo à Québec. Il vient d'avoir quelqu'un qui est mort, là, récemment, dans les derniers jours, à cause qu'un accident. Il faut que ce soit sécuritaire, agréable.

Et une autoroute, une sortie d'autoroute, plus de trafic, du développement urbain qui fait que des milliers d'automobiles supplémentaires arrivent dans le centre-ville chaque matin et repartent chaque après-midi, ça, ça va contre toute idée de la qualité de vie. Ça fait que je ne comprends pas. Les pays les plus avancés dans le monde sont en train de prendre une direction inverse à ce que la CAQ fait avec son idée de troisième lien.

M. Gagnon (Marc-André) : Donc, troisième lien, là, juste pour clarifier, qui serait 100 % transport en commun, vous dites : Moi, je serais pour.

Mme Dorion : Oui.

La Modératrice : On prendrait une dernière question en français.

Mme Prince (Véronique) : Bien, moi, j'aimerais juste vous parler de la vaccination dans les entreprises, parce qu'il va en être question aujourd'hui, là, on le lance avec l'entreprise CAE. Est-ce que vous pensez que les grosses entreprises, là, devraient faire preuve de leadership et toutes offrir la vaccination à leurs employés s'ils ont déjà du personnel médical sur place?

Mme Dorion : Bien, ça serait une bonne idée, s'ils respectent l'ordre. Parce que, là, il y a une question de disponibilité de vaccins. Il faut que les gens les plus à risque soient vaccinés en premier. Mais, si les entreprises ont envie de servir le public, ils peuvent vacciner leurs propres employés qui sont dans la tranche d'âge, là, qui passe en ce moment. Ils peuvent même ouvrir leurs portes à d'autres personnes, puis dire : Sur notre lieu de travail, pourquoi pas.

M. Bossé (Olivier) : …j'ai une question sur le principe de l'interpellation. Vous l'avez même évoqué, vous l'avez déjà bien montré que vous ne croyez pas à l'importance ou l'intérêt du résultat que ça donne. Vous allez faire quoi, ce matin? Votre but, est-ce que c'est de prendre Mme Guilbault en défaut ou... Tu sais?

Mme Dorion : Il y a bien des moments à l'Assemblée nationale, j'en ai vécu un hier, où il y a une pétition de 13 000 personnes qui demandent à ce que les loyers des RPA ne soient pas augmentés, puis on a demandé d'avoir un mandat d'initiative, puis ça n'a rien donné, puis c'est tout, tu sais? 13 000 personnes, l'effort de ceux qui ont fait signer la pétition, tout ça aux poubelles. Ça, là, c'est un exemple de ce qui se passe, je dirais, peut-être… en tout cas, très, très, très souvent à l'Assemblée nationale. Tantôt, ça va ressembler à ça, mais ça va être filmé. C'est déjà ça.

Qu'est-ce que j'espère? C'est une très bonne question. Mais j'ai toujours espoir que, dans le cerveau de la personne qui m'écoute, même si c'est une ministre briefée puis qui dit : Tu ne vas pas là, tu fais ça, tu fais ça, il y ait un déclic. J'ai toujours espoir dans la capacité des mots de changer la rigidité d'une personne politique habituée à se fermer puis que, même si elle ne me le montre pas, peut-être qu'au fond d'elle il va y avoir quelqu'un en dedans qui va dire : Eh! il faudrait faire attention puis ne pas trop aller là parce que ça va barder si on va là.

M. Bergeron (Patrice) : Dans la terrible l'affaire qui s'est passée cette semaine à Joliette, on apprend que le syndicat a aussi sa version des faits et là veut défendre ces deux infirmières là qui, apparemment, étaient des professionnelles bien dévouées qui avaient même été... il y en a une qui avait même été assignée à s'occuper, donc, des Attikameks. Est-ce qu'on n'a pas jugé un peu trop rapidement dans leur congédiement? Qu'est-ce que votre parti et qu'est-ce que vous en pensez?

Mme Dorion : C'est sûr que, là, on a une version, on a une autre version. C'est difficile, pour nous comme pour vous, de savoir. Si on avait été là, on aurait peut-être même... Moi, en tant qu'artiste, ça m'arrive de voir des situations où je dis : Je comprends telle et je comprends telle. Elle s'est sentie méprisée, et l'autre, non.

M. Bergeron (Patrice) : ...malentendu.

Mme Dorion : Oui, ça pourrait être ça. Mais je ne sais pas, je n'étais pas là. Peut-être que ce n'est pas un malentendu puis que... Bon, on ne le sait pas. Donc, ne le sachant pas, quand quelqu'un dit : Je crois avoir été victime de racisme, j'ai souffert, si c'est à moi qu'on le dit, moi, je m'excuse instantanément, même si ce n'était pas mon intention.

Donc, comme parti, oui, de présenter nos excuses, de dire : Désolé, on ne veut pas ça, ce n'est pas quelque chose qu'on souhaite, je pense que c'est une bonne chose. Mais, oui, il faut savoir le fond de l'affaire puis il faut aller voir un peu plus loin à chaque fois puis ne pas se pitcher sur la première nouvelle qui sort parce qu'on sait qu'il y en a d'autres qui sortent après.

La Modératrice : Dernière question.

M. Gagnon (Marc-André) : Dernière petite question. Bon, vous êtes vous-même maman. Dans les derniers jours, il y a des gens, notamment qui travaillent pour une certaine station de radio, qui ont reproché à Mme Guilbault d'avoir raconté à Ève-Marie Lortie qu'elle se trouvait chanceuse d'avoir pu compter sur l'aide de ses parents pour faire garder son enfant. Vous pensez quoi de ça, qu'on lui ait reproché ça en laissant entendre qu'elle avait enfreint les règles, ce qui n'est pas le cas, finalement?

Mme Dorion : Ce n'est pas professionnel de la part de gens qui oeuvrent dans les médias de faire ça. Ils savent c'est quoi, la situation sur le terrain. Que Mme Guilbault ait besoin de ses parents, évidemment, elle est ministre. Puis elle a probablement fait comme on a tous fait, le plus attention possible.

Après, Mme Guilbault, si on veut la critiquer, pourquoi on ne la critique pas sur son leadership dans le tramway? C'est superimportant. Personne ne l'a mise face à ça, c'est... Elle, si ce n'est pas elle, qu'elle le dise, puis, si c'est elle, qu'elle le dise. C'est notre ministre de la Capitale-Nationale, puis on dirait qu'elle laissait le leadership se faire par je ne sais pas qui. Ou elle avait un leadership complètement négatif puis elle voulait priver ses citoyens d'un truc qu'on attend depuis 20 ans. Je trouve ça... Je ne comprends pas qu'on n'ait pas trouvé c'est quoi, le fond de l'affaire. Il faut aller chercher ça.

La Modératrice : Génial. Merci beaucoup.

(Fin à 9 h 36)

Participants


Document(s) associé(s)