Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Joël Arseneau, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de santé

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Joël Arseneau, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de santé

Version finale

Le jeudi 23 septembre 2021, 14 h 35

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Quatorze heures trente et une minutes)

M. Arseneau : Merci beaucoup. Alors, on vient d'assister à une conférence de presse que le gouvernement a présentée comme une révolution, une réforme importante dans le domaine de la santé, alors qu'encore une fois c'est une entreprise de relations publiques. Le gouvernement essaie essentiellement de sauver les meubles face à une crise qu'il n'a pas vu venir, alors qu'évidemment elle était une catastrophe annoncée depuis des mois.

Le gouvernement l'a dit depuis… il l'a avoué, en fait, lui-même, que ce que veulent les infirmières et plusieurs membres du personnel soignant, ce sont des conditions de travail qui sont améliorées, avoir une meilleure conciliation entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle. Et là la seule chose qu'on met sur la table, c'est un chèque de la part du gouvernement, un chèque de 15 000 $ pour continuer à hypothéquer leur santé. Alors, c'est ce qu'on offre aujourd'hui aux infirmières. Alors, évidemment, c'est insuffisant.

Et, de façon plus large, ce qu'on constate, c'est que, là, le gouvernement, il donne 1 milliard de dollars par année aux entreprises privées. Il a décidé maintenant d'investir 1 milliard de dollars dans le système public pour faire concurrence au système privé qui continuera de lui faire concurrence. Évidemment, c'est le serpent qui se mord la queue. On n'avance pas là-dedans. C'est un système qui est impossible, qui est complètement absurde et qu'il va falloir casser une bonne fois pour toutes. Le gouvernement ne nous donne aucune assurance qu'il va finir par cesser d'avoir recours aux agences du domaine privé.

On a aussi évidemment le goût de faire revenir les infirmières, et ce, à temps plein, pour un an — curieusement, dans un an, c'est l'échéance électorale — sans leur garantir que le temps supplémentaire va être complètement éliminé. On veut le réduire. Évidemment, ce sont des voeux pieux, mais c'est en deçà de la promesse électorale de la dernière élection de la Coalition avenir Québec, d'abolir le temps supplémentaire obligatoire.

Je le répète, ce n'est pas juste l'argent qui va faire que 40 % des postes temps plein seront comblés. Il faut l'assurance que le temps supplémentaire obligatoire, bien, ce sera chose du passé, contre, évidemment, l'engagement des infirmières qui pourraient être tentées de revenir. C'est un plan qui manque d'ambition. On ne parle pas non plus de ratio sécuritaire à implanter dans le domaine de la santé.

Et, en terminant, je vous dirais qu'il y a des grands oubliés, parce que, oui, il y a certaines catégories de personnel qui sont visées par ces mesures, on a parlé des infirmières, des infirmières auxiliaires, des inhalothérapeutes et des perfusionnistes, mais qu'en est-il de tous ceux qui supportent le système à bout de bras : les technologues en imagerie médicale, les techniciens de laboratoire, les travailleurs sociaux, les psychologues, et ainsi de suite?

On va, évidemment, avec ce système, créer deux catégories de travailleurs dans le même hôpital, dans le même réseau. Évidemment, il y a des gens qui vont avoir accès à des bonus, d'autres non. Et ce que ça va provoquer, c'est une hémorragie, une fuite des autres catégories de personnel également vers le privé, ou vers la retraite, ou vers d'autres secteurs. Et on va faire face à une crise encore qui sera perpétuelle. On n'aura rien réglé dans cette dynamique que le gouvernement vient d'annoncer aujourd'hui.

Alors, c'est la réaction qu'on voulait vous offrir aujourd'hui. Et nous, nous sommes déçus. Nous attendons la réaction des infirmières, de ceux qui sont visés de plus près. On souhaite évidemment contribuer à l'amélioration du réseau. Mais le moyen qui a été mis en place par le gouvernement, c'est trop peu et peut-être même trop tard. On verra la suite. Merci beaucoup.

La Modératrice : Merci beaucoup. Bonne journée.

(Fin à 14 h 35)

Participants


Document(s) associé(s)