Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Sol Zanetti, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de services sociaux

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Sol Zanetti, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de services sociaux

Version finale

Le mercredi 11 mai 2022, 15 h 15

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Quinze heures seize minutes)

M. Zanetti : Alors, on a pris connaissance aujourd'hui du rapport de la Vérificatrice générale. Et les constats qui sont faits là-dedans sont alarmants, d'abord, par rapport aux soins à domicile et à l'absence complète de planification du gouvernement caquiste par rapport à ce qui s'en vient avec l'évolution démographique au Québec, le vieillissement de la population. Tout le monde dans le milieu des enjeux politiques concernant les aînés le dit depuis longtemps : Il y a un choc démographique qui s'en vient. Il faut s'y préparer. Il faut qu'on fasse un virage vers les soins à domicile.

On a posé des questions en crédits. On a demandé à la ministre : Est-ce qu'il y a une planification? Pouvez-vous nous déposer les documents? Est-ce qu'on sait quels seront les besoins d'ici cinq ans, d'ici dix ans? Et combien ça va coûter? Et comment on va pouvoir faire face à cette situation-là? Il n'y avait rien, tout était vague. Et là ce qu'on réalise… qu'il n'y avait pas des documents secrets, il n'y a pas de document, et il n'y a pas d'étude, et il n'y a aucune planification sérieuse qui se fait. La Vérificatrice générale l'a bien mis en lumière.

C'est vraiment le symbole de l'échec de la CAQ envers les aînés. Ça fait quatre ans qu'ils sont là. Rien n'est fait. Le prochain mandat, là, 2022 à 2026, c'est le dernier mandat, le dernier mandat dans lequel on peut faire ce virage-là vers le soutien à domicile pour faire en sorte qu'on fasse face au défi démographique qui est devant nous. C'est la dernière occasion. La CAQ n'est même pas prête à ça. C'est extrêmement inquiétant, et je n'en reviens pas. Avec tout ce qu'on a dit, avec tout ce qui s'est dit, le peu d'argent qu'ils mettent par rapport aux besoins qui sont estimés, ça montre vraiment qu'il y a quelque chose là qui n'est pas sérieux et qui n'est pas pris au sérieux.

Évidemment, on a sursauté par rapport au prix, au gaspillage, 1 milliard de dollars, qui a été fait par rapport aux EPI, aux équipements de protection individuelle, dans la pandémie. On avait un gouvernement Legault qui se pétait les bretelles en disant qu'il faisait des deals incroyables sur les tarmacs. Et là qu'est-ce qu'on réalise? C'est que ce n'est pas vrai, c'était une fiction. Ce qui s'est passé, en réalité, c'est qu'on a perdu 1 milliard. Et on a perdu 1 milliard parce qu'on n'était pas prêts, parce qu'on était dépendants de fournisseurs et de chaînes d'approvisionnement à l'international. Une situation qu'on aurait pu éviter si on avait fait comme Québec solidaire le dit depuis plus de dix ans, si on avait eu une société d'État, comme Pharma-Québec, capable de produire du matériel médical, des vaccins et d'autres choses dont on aurait eu besoin.

Alors, c'est grave, là, ça nous a coûté cher, cette inaction-là. Il faut qu'on arrête de faire ça. Il faut qu'on développe une indépendance, au Québec, en matière de production de vaccins, de production de matériel médical, une production qui est étatique, pas simplement d'avoir des compagnies qui le font ici, qui, si on arrive dans une autre pandémie, peuvent la vendre partout. Il faut qu'on ait quelque chose de sûr. La seule solution, c'est Pharma-Québec, et il y a uniquement un gouvernement solidaire qui peut faire ça.

Alors, c'est une leçon qu'on doit tirer de la pandémie. Si on ne prend pas cette leçon-là maintenant, je ne sais pas ce que ça va prendre à la CAQ pour comprendre. Et nous, clairement, ça va faire partie de... ça va continuer de faire partie de nos propositions pour les Québécoises et Québécois. Merci beaucoup.

(Fin à 15 h 19)

Participants


Document(s) associé(s)