Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle, Mme Monique Sauvé, porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés et les proches aidants, M. Marc Tanguay, porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice , et M. André Fortin, leader parlementaire de l’opposition officielle

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle, Mme Monique Sauvé, porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés et les proches aidants, M. Marc Tanguay, porte-parole de l’opposition officielle en matière de justice , et M. André Fortin, leader parlementaire de l’opposition officielle

Version finale

Le mardi 23 novembre 2021, 10 h 45

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Dix heures quarante-sept minutes)

Le Modérateur : Alors, bonjour et bienvenue au point de presse de la cheffe de l'opposition officielle, Mme Dominique Anglade, qui aujourd'hui est accompagnée par Mme Monique Sauvé, porte-parole en matière d'aînés et de proches aidants, et du leader de notre formation politique, M. André Fortin. Alors, Mme Anglade, à vous la parole.

Mme Anglade : Alors, bonjour à tous. Et merci à Monique Sauvé et André Fortin de m'accompagner ce matin. Aujourd'hui, je suis profondément troublée. Devant le coroner, la semaine dernière, on nous avait dit que l'information qui était transmise était une information qui était verbale. Le bureau de la ministre, la semaine dernière, nous a dit que, dans le fond, il n'y avait pas de rapport qui avait été fait. Aujourd'hui, on apprend que non seulement les rapports existent, mais qu'ils ont été transmis.

Ce à quoi on assiste aujourd'hui, c'est une véritable opération de camouflage. On n'a pas besoin d'avoir un ministre responsable des Nordiques, ici, on a besoin d'avoir un ministre qui nous dit la vérité sur ce qui s'est passé en CHSLD.

Je vais céder la parole à Monique Sauvé.

Mme Sauvé : Bon matin. Honnêtement, ce matin, je réagis avec beaucoup de rage. Quand je lis les nouvelles informations ce matin, dans l'article de M. Gerbet, je suis complètement enragée et je trouve ça écoeurant d'apprendre à quel point on est encore dans des contradictions. Des documents qui ont existé, qu'on a transmis. Est-ce qu'ils ont été écrasés ou pas? Est-ce qu'ils ont été transmis verbalement ou pas? Et je ne peux pas m'empêcher, depuis la semaine dernière, je pense aux 6 000 familles qui ont perdu un être cher dans des circonstances horribles. Ils ont écouté l'enquête de la coroner, la semaine passée, ils lisent ça ce matin, et clairement, clairement, c'est dans la rage qu'ils doivent se trouver parce qu'il n'y a aucune réponse de plus. Au contraire, personne n'y comprend rien.

M. Bellerose (Patrick) : …camouflage. Donc, qui a voulu cacher des choses? Et, selon vous, qu'est-ce qu'on a voulu cacher?

Mme Anglade : Clairement, le gouvernement veut nous cacher des choses parce qu'on nous a dit qu'il n'y avait pas de rapports qui avaient existé, ensuite, on nous a dit qu'ils n'avaient pas été faits, et on apprend que non seulement ils existent, mais qu'ils ont été transmis. Donc, cette information-là n'était pas disponible la semaine dernière. Ça va prendre combien d'articles de Thomas Gerbet pour que, finalement, on sache exactement à quoi s'en tenir et qu'on sache la vérité?

M. Bellerose (Patrick) : Donc, ce qu'on pourrait apprendre, c'est la situation dans les CHSLD au moment de la pandémie, c'est ça?

Mme Anglade : …le début de la question.

M. Bellerose (Patrick) : Je disais : Donc, ce qu'on pourrait apprendre, c'est la situation dans les CHSLD au début de la pandémie. C'est ça qu'on pourrait nous cacher?

Mme Anglade : Ce qu'on pourrait apprendre, par exemple, c'est de savoir où est-ce qu'il y a manqué de l'équipement. Vous savez, combien de fois on est venu ici puis on s'est dit : Il manque de l'équipement sur le terrain, on le sait. François Legault a répété tout le temps qu'il n'y a jamais manqué d'équipement. Or, on apprend qu'on aurait pu avoir l'information, envoyer de l'équipement là où c'était nécessaire. Ceci n'est qu'un exemple de ce qu'on aurait pu savoir et ce qui nous aurait permis d'agir pour sauver des vies.

M. Lavallée (Hugo) : On sait que la gestion a été très concentrée au bureau du premier ministre, là, depuis le début de la pandémie. Quand vous parlez de choses cachées, est-ce que vous estimez que ça remonte jusque là?

Mme Anglade : Ça remonte forcément jusqu'au bureau du premier ministre. C'est lui qui prenait les décisions. C'est de l'information qui n'est pas disponible aujourd'hui. Clairement, il y a quelqu'un qui ne nous dit pas la vérité. Le bureau de la ministre nous a dit que les rapports n'avaient pas été faits, alors qu'on apprend aujourd'hui que non seulement ils ont été faits, mais ils ont été transmis.

M. Bergeron (Patrice) : Mais c'est donc à dire que la sous-ministre en question, quand elle a témoigné, on lui a dit de dire que ces rapports-là n'étaient pas disponibles ou que l'information avait été écrasée?

Mme Anglade : Il faudrait que la sous-ministre vienne répondre à ces questions-là, et c'est la raison pour laquelle, aussi, on demande à ce que François Legault soit devant le coroner pour répondre à ces questions pour savoir ce qui s'est…

M. Bergeron (Patrice) : …vous engagez le bureau du premier ministre, et puis c'est la sous-ministre qui a répondu. Il faut qu'il y ait un lien entre les deux, là.

Mme Anglade : Il faut absolument qu'il y ait un lien entre les deux puis il faut qu'il y ait une cohérence dans les messages. Or, on nous dit une chose et son contraire. On nous a dit : Il y a des analyses qui avaient été faites verbalement, des rapports qui ont été faits verbalement. On nous a dit finalement : Il n'y a pas eu de rapports qui ont véritablement été faits, pour savoir, finalement, qu'ils existent. Ces contradictions, ça relève directement du bureau du premier ministre.

M. Laforest (Alain) : Est-ce que j'ai bien compris? Vous demandez au premier ministre d'aller témoigner? C'est nouveau, ça.

Mme Anglade : On a demandé… oui, on demande à François Legault d'aller témoigner devant le coroner, oui. C'est une demande que l'on formule.

M. Carabin (François) : Est-ce que ce qu'on a entendu dans les derniers jours... quelqu'un perde son poste?

Mme Anglade : Ne pas dire la vérité, là, mentir aux Québécois, c'est un enjeu majeur. On a besoin de connaître la vérité. Cacher des informations pour ne pas que les gens sachent ce qui s'est passé, c'est vraiment extrêmement troublant.

M. Carabin (François) : Vous ne répondez pas à ma question. Est-ce qu'il y a quelqu'un est responsable? Qui est responsable de ce qu'on a appris dernièrement? Puis est-ce que cette personne-là devrait quitter son poste?

Mme Anglade : J'aimerais pouvoir répondre à votre question de qui est responsable. Mais ultimement c'est le premier ministre qui est responsable de ce qui se passe, c'est lui qui a pris les décisions. Et moi, je m'attends à ce qu'on entende, de la part du premier ministre, des réponses claires.

La réalité, c'est qu'il y a 6 000 familles aujourd'hui qui sont attente. Puis placez-vous à la place de familles, aujourd'hui, qui n'ont pas de réponse. Moi, je le sais, je l'ai vécu personnellement de ne pas être capable d'avoir de l'information puis, finalement, de l'obtenir pour pouvoir faire le deuil de personnes qui sont décédées. Ça fait une énorme différence dans la vie des gens. Puis je pense qu'on a besoin d'avoir un gouvernement qui non seulement est empathique, mais qui, également, dit la vérité.

Mme Lévesque (Fanny) : Comment vous interprétez le fait qu'on tienne, d'ailleurs, cette annonce sur la vaccination des cinq à 11 ans le même jour où la Protectrice du citoyen dépose son rapport final sur la gestion en CHSLD?

Mme Anglade : C'est visiblement une tentative de diversion qui est flagrante. On n'a pas besoin d'avoir un point de presse pour la vaccination obligatoire des enfants. D'ailleurs, elle est déjà disponible. André, peut-être tu veux faire quelques mots par rapport à la vaccination, d'ailleurs.

M. Fortin : La vaccination des enfants, d'abord, là, c'est une bonne chose, elle est déjà disponible. Moi, j'ai inscrit mes enfants pour la vaccination ce matin. L'école de mes enfants a déjà relayé l'information à savoir quel jour ça va être disponible sur la place publique.

François Legault est passé maître dans l'art de la distraction. La semaine dernière, c'était le retour possible des Nordiques, puis il y a un ministre attitré à ça. Il ne peut pas utiliser la vaccination des enfants comme distraction du scandale des CHSLD qui a lieu aujourd'hui. Si, la semaine dernière, c'était le retour des Nordiques, la semaine prochaine, ça va être quoi? Ça va être une commission d'enquête pour savoir si le but d'Alain Côté était bon? Honnêtement, là, le gouvernement a des questions à répondre, aujourd'hui, c'est par rapport au scandale des CHSLD, point à la ligne.

M. Bergeron (Patrice) : …que les Québécois prennent vraiment la pleine mesure, justement, de cette crise-là qui s'est passée puisque ça fait longtemps, puisqu'il y a eu tellement d'annonces du gouvernement, depuis ce temps-là, puisque maintenant le gouvernement tente de tourner la page? Est-ce que les Québécois sont vraiment encore à l'écoute ou ils veulent prendre la pleine mesure de ce qui s'est passé?

Mme Anglade : Moi, je peux vous dire une chose, c'est qu'il y a 6 000 familles aujourd'hui qui sont à l'écoute. Les 6 000 familles, c'est des dizaines de milliers de Québécois qui ont été touchés par ça. J'en connais personnellement, des gens qui ont perdu leur père, leur mère en CHSLD pendant la crise de la COVID, à cause de la COVID. Et eux, ils ont besoin de réponses et de vérités. Monique, peut-être que tu peux dire quelques mots là-dessus.

Mme Sauvé : Quand on se ramène à penser à ces 6 000 familles, c'est l'émotion qui nous anime parce que ces familles aujourd'hui n'ont toujours pas de réponse. Moi, je pense entre autres à mes aînés dans mon comté, à Fabre, donc l'ouest de Laval. Le CHSLD de Sainte-Dorothée a été contaminé à 100 %, il y a eu de nombreux décès. Ces familles pleurent encore, et aujourd'hui elles n'ont aucune réponse. Moi, ça vient me chercher. Puis j'ai le goût de porter leur voix puis j'ai le goût de poser toutes les questions pour qu'enfin ils puissent avoir des réponses.

M. Lavallée (Hugo) : …sur la vaccination, Mme Anglade. Avez-vous quand même des attentes face à cette annonce cet après-midi? Que doit faire le gouvernement? Comment ça doit se passer?

Mme Anglade : Que les enfants soient vaccinés, mais c'est déjà commencé. C'est déjà commencé. Alors, je m'attends à ce qu'il y ait… Honnêtement, pour moi, ça m'apparaît évident que c'est une tentative de diversion, ce point de presse là. Et on s'attend à ce que les enfants soient vaccinés le plus rapidement possible. Tout le monde le sait, c'est déjà en branle.

M. Laforest (Alain) : Concernant la poursuite que vient d'entamer Nathalie Normandeau, il y a une poursuite de Jean Charest, vous accueillez ça comment au Parti libéral?

Mme Anglade : C'est la prérogative de Mme Normandeau d'aller de l'avant. Mais maintenant le tout est devant les tribunaux, puis on va laisser les tribunaux faire leur travail.

M. Laforest (Alain) : Mais ça dit quoi sur le travail de l'UPAC?

Mme Anglade : Ah! ça soulève toutes sortes d'enjeux par rapport à l'UPAC, qu'on a déjà discutés puis qui remettent en question la manière dont ce sont faites les choses. Mais, à la fin de la journée, par rapport à cette poursuite-là, encore une fois, on va laisser les tribunaux faire leur travail.

M. Bergeron (Patrice) : Est-ce que le Parti libéral est ouvert à ce qu'on mette de l'argent public pour ramener les Nordiques?

Mme Anglade : Honnêtement, aujourd'hui, je ne pense pas que ce soit la priorité des gens... aujourd'hui, là, lorsque l'on voit les rapports, que ce ne soit pas la priorité des gens.

M. Bellerose (Patrick) : ...très sérieux, on en a parlé, mais, quand même, pour savoir, est-ce que votre parti est ouvert à mettre de l'argent public pour ramener les Nordiques à Québec?

Mme Anglade : Encore une fois, ce n'est pas la priorité aujourd'hui. Ça ne devrait pas être une priorité, aujourd'hui, pour le gouvernement.

M. Bossé (Olivier) : Mais pour vous, ce sujet-là, il n'existe pas vraiment, c'est juste un écran de fumée du gouvernement?

Mme Anglade : Encore une fois, une tentative de diversion de la part du gouvernement. On l'a vu avec les Nordiques, mais on le voit aussi, aujourd'hui, avec la vaccination pour les enfants : tentative de diversion pour ne pas avoir à répondre à des questions qui sont fondamentales, qui sont liées à une crise que l'on vit depuis deux ans.

M. Lavallée (Hugo) : Quand vous dites : Ce n'est pas la priorité, là, juste pour être sûr, donc vous, votre gouvernement n'investirait pas là-dedans parce qu'il y a mieux à faire avec l'argent des Québécois?

Mme Anglade : Je pense qu'il y a beaucoup de choses à faire avec l'argent des Québécois, beaucoup de priorités. D'ailleurs, ça va me faire plaisir d'en parler puisqu'on va pouvoir en discuter largement lors de notre congrès qui s'en vient cette fin de semaine.

Le Modérateur : Merci beaucoup.

(Fin à 10 h 58)