Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Guy Ouellette, député de Chomedey

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Guy Ouellette, député de Chomedey

Version finale

Le jeudi 10 juin 2021, 11 h 45

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Onze heures quarante-quatre minutes)

M. Ouellette : Bonjour. Merci d'être là. Je vous ai convié à un point de presse ce matin. Je suis en compagnie de M. Frédérick Gaudreau, Commissaire à la lutte contre la corruption. Je vous ai convié ce matin pour une déclaration importante. Je vais immédiatement demander à M. Gaudreau de venir au micro.

M. Gaudreau (Frédérick) : Bonjour. Le 25 octobre 2017, l'Unité permanente anticorruption arrêtait le député de Chomedey, M. Guy Ouellette, au moment où ce dernier présidait les travaux de la Commission des institutions à l'Assemblée nationale. Depuis les événements, les faits ont démontré que l'arrestation de M. Ouellette par l'UPAC résulte d'une enquête fautive à certains égards et que cette arrestation était injustifiée.

L'UPAC s'excuse des conséquences dévastatrices que cette arrestation et cette enquête intrusive ont pu avoir sur la vie professionnelle et personnelle du député de Chomedey, celle de sa famille et de ses proches ainsi que celle de ses collègues parlementaires. Nous sommes conscients que ces événements ont atteint l'intégrité du député de Chomedey et lui ont causé un tort irréparable et nous nous en excusons sincèrement.

Je n'offrirai pas de commentaire à ce moment-ci, par respect pour les parlementaires et pour l'institution qu'est l'Assemblée nationale. Vous allez être convoqués à un point de presse plus tard. Merci.

M. Ouellette : Aujourd'hui, c'est une importante étape. Je vous dirai que... Vous connaissez mon histoire, ça fait quatre ans que ça dure. Ce matin, j'encaisse le coup. Je vous demanderais de respecter ma décision de ne pas commenter la déclaration de l'UPAC de ce matin. Merci.

(Fin à 11 h 47)

Participants


Document(s) associé(s)