Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Gabriel Nadeau-Dubois, leader parlementaire du deuxième groupe d’opposition, et Mme Émilise Lessard-Therrien, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de développement régional

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Gabriel Nadeau-Dubois, leader parlementaire du deuxième groupe d’opposition, et Mme Émilise Lessard-Therrien, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de développement régional

Version finale

Le mercredi 26 mai 2021, 8 h

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Huit heures trois minutes)

M. Nadeau-Dubois : Bonjour, tout le monde. Ce matin, je veux vous parler de l'instrumentalisation politique de la crise sanitaire. La Coalition avenir Québec, dans les dernières semaines, instrumentalise la pandémie qui ébranle le Québec dans des objectifs partisans. La CAQ utilise la pandémie pour faire des gains politiques, et c'est inacceptable.

Il y a quelques jours à peine, c'est Christian Dubé qui s'échappait, en pleine conférence de presse, et qui reconnaissait que l'état d'urgence sanitaire était utilisé par le gouvernement pour mettre de la pression sur les syndicats dans le cadre des négociations actuelles dans le secteur public. Il a tenté de faire rentrer la pâte à dents dans le tube, ça n'a pas fonctionné. La seule manière d'être convaincant sur cette question-là pour le gouvernement, c'est d'annoncer, dès aujourd'hui, qu'ils vont inclure le retrait de l'état d'urgence dans leur plan de déconfinement. C'est ce que la Colombie-Britannique a fait, ils ont inclus le retrait de l'état d'urgence sanitaire dans leur plan de déconfinement. Si le gouvernement Legault veut rassurer la population et veut envoyer le message qu'il n'est pas en train d'utiliser l'état d'urgence à des fins politiques, il peut le faire, dès aujourd'hui, en annonçant que le retrait de l'état d'urgence sanitaire va être inclus dans son plan de déconfinement.

Deuxièmement, Québec solidaire a appris que le gouvernement du Québec mène actuellement des sondages auprès de la population, des sondages payés avec des fonds publics pour tester l'idée d'une loi spéciale dans le secteur public. Ce que la CAQ est en train de faire, là, c'est des calculs politiques sur le dos des femmes et des hommes qui se battent depuis le premier jour de la pandémie dans nos services publics. Ce que la CAQ est en train de faire, c'est calculer combien de votes ils vont gagner s'ils sortent la matraque de la loi spéciale pour forcer un retour au travail. Si ce n'est pas du mépris, je ne sais pas ce que c'est.

Je veux également vous parler de l'échec de Lionel Carmant sur la question de la santé mentale. On apprenait aujourd'hui dans le journal Le Devoir que le plan, que la solution de Lionel Carmant à la crise de santé mentale au Québec est un échec sur toute la ligne. Il y a à peine une centaine de personnes qui reçoivent des services grâce à son projet de recrutement de psychologues au privé. C'est un échec total. Ça ne fonctionne pas. Et ce matin on redemande au gouvernement de faire la seule chose qui va régler le problème d'accès aux soins psychologiques au Québec, et ça, c'est quoi? C'est embaucher massivement, dès les prochains mois, des nouveaux professionnels de la santé mentale, notamment des psychologues, dans le réseau public. Il faut des embauches massives, il faut des embauches historiques. Il faut des meilleures conditions de travail dans le public pour nos psychologues, nos travailleurs sociaux, tous les professionnels de la santé mentale. C'est comme ça qu'on va surmonter la crise de santé mentale qui ébranle le Québec actuellement.

Maintenant, je vais passer la parole à ma collègue Émilise Lessard-Therrien qui va vous parler d'une situation extrêmement inquiétante dans le réseau de la santé dans sa région.

Mme Lessard-Therrien : Merci, Gabriel. Ce matin, je veux attirer votre attention sur ce qui se passe en Abitibi-Témiscamingue avec la crise dans le réseau de la santé. Si ça se passait à Québec ou à Montréal, ça ferait les manchettes régulièrement. Mais trop souvent les régions sont les grandes oubliées. Imaginez si on demandait aux femmes à Montréal ou à Québec d'aller accoucher à Trois-Rivières, à des patients en oncologie de faire des suivis puis des traitements pour le cancer, partir de Montréal, aller faire ça à Granby, ça ferait la une de tous les journaux à tous les jours. Pourtant, c'est ce qui se passe en ce moment dans ma région.

Chez nous, il y a certains centres d'activité qui roulent de 30 % à 40 % de temps supplémentaire. En temps normal, c'est 3 % à 5 %. On parle de cinq CHSLD, l'urgence de Val-d'Or, l'unité interne de santé mentale de La Sarre et d'Amos, qui sont parmi les établissements les plus vulnérables et qui pourraient être sujets à des modifications. Avec les vacances estivales, on va frapper un mur, c'est clair.

Aujourd'hui, je demande au gouvernement du Québec de doter ma région d'un plan d'urgence pour éviter l'effondrement de nos services. Ça fait des mois qu'on tire la sonnette d'alarme, ça fait des mois que les acteurs du milieu chez nous font des propositions au gouvernement, mais les solutions ne sont toujours pas au rendez-vous.

Demain, je rencontre le ministre de la Santé et je lui demande d'être prêt à nous écouter pour qu'il déploie sans plus attendre un plan d'urgence pour ma région. Les gens en Abitibi-Témiscamingue, ce n'est pas des citoyens de seconde zone, on a droit à des services de santé de qualité, de proximité comme tout le monde au Québec. Merci.

La Modératrice : Merci beaucoup. On va prendre vos questions. Une question, une sous-question, s'il vous plaît.

M. Larin (Vincent) : M. Nadeau-Dubois, sur la levée d'urgence sanitaire, les raisons qui ont été évoquées hier par M. Legault pour attendre, est-ce que ça vous... ça ne vous a visiblement pas convaincu.

M. Nadeau-Dubois : C'est très... Comment dire? Ce que François Legault tente de faire, c'est de réparer l'erreur de son ministre de la Santé en donnant une réponse un peu moins scandaleuse que celle de Christian Dubé. C'est une tentative honorable, mais la chose à faire pour vraiment rassurer les gens, pour démontrer qu'ils ne sont pas en train d'instrumentaliser l'état d'urgence sanitaire, c'est faire preuve de transparence et, dans leur plan de déconfinement, indiquer clairement à partir de quand, à partir de quel critère, à partir de l'atteinte de quels objectifs l'état d'urgence va être levé. Si la Colombie-Britannique l'a fait, le Québec peut le faire.

M. Carabin (François) : Sur la levée, justement, des mesures de zone rouge à Montréal et à Laval...

M. Nadeau-Dubois : La levée de?

M. Carabin (François) : Des mesures en zone rouge à Montréal et Laval, bon, vous êtes montréalais, vous représentez des commettants montréalais, est-ce que vous commencez à ressentir une impatience chez les gens que vous côtoyez, à qui vous parlez régulièrement?

M. Nadeau-Dubois : Une impatience à Montréal?

M. Carabin (François) : Oui.

M. Nadeau-Dubois : Au sujet des mesures...

M. Carabin (François) : Au sujet des mesures en zone rouge.

M. Nadeau-Dubois : Je pense que les gens de Montréal sont capables de solidarité comme tous les gens du Québec. Oui, je sens de l'impatience. Il y a de l'impatience partout au Québec. Il y avait de l'impatience notamment au niveau des activités extérieures, qui ont tardé à être déconfinées. Là, il y a eu des annonces, je pense, qui ont rassuré beaucoup de gens. Je pense que les Montréalais et les Montréalaises vont continuer de suivre les règles. Je pense qu'on a une Santé publique régionale qui fait un excellent travail.

M. Carabin (François) : Est-ce qu'il n'y a pas justement un risque que l'impatience vienne à bout, là, du respect des mesures... que le respect des mesures débarque, au fond?

M. Nadeau-Dubois : Il y a un risque, à Montréal comme ailleurs, que l'enthousiasme devienne de l'imprudence, c'est-à-dire que les gens soient tellement contents de voir des mesures être levées qu'ils se mettent à prendre des risques.

Moi, l'invitation que je lance à tout le monde, c'est : Profitons à plein des nouvelles possibilités qui nous sont offertes par les mesures de déconfinement, mais restons à l'intérieur des limites, respectons les règles qui sont maintenues. Parce que la dernière chose qu'on veut vivre, pensons-y un instant, là, la dernière chose qu'on veut vivre, c'est un retour en arrière puis un autre épisode de yoyo. Ça, ce serait une catastrophe pour le moral des Montréalais et des Montréalaises puis ce serait une catastrophe pour la santé mentale des gens en général.

M. Bergeron (Patrice) : M. Nadeau-Dubois, vous êtes le leader parlementaire, et hier, dans les débats en période de questions sur le troisième lien, le ministre a dit : Oui, mais vous venez, les députés, tout le temps me voir pour un bout de ponceau dans des comtés. Il y a déjà une ministre qui a été blâmée d'ailleurs, pour ça, pour avoir reproché à des députés de faire leur travail. Est-ce que vous ne trouvez pas qu'on est en train de franchir une ligne qui est délicate, en ce sens qu'on ne peut pas reprocher à des députés de venir voir le ministre pour faire réparer des bouts de route dans leur comté, par exemple?

M. Nadeau-Dubois : Bien, d'abord, c'est faux, ce que le ministre Bonnardel a dit hier. François Bonnardel a dit : Tous les députés devant moi sont venus me voir. C'est faux. Moi, je ne suis jamais allé le voir, ça fait que, déjà, c'est la preuve que ce n'est pas vrai. Donc, de un, c'est faux. Premièrement.

Puis deuxièmement, oui, c'est dangereux d'envoyer le message aux députés que si vous défendez vos citoyens et citoyennes, bien, vous allez être la cible d'attaques partisanes si vous critiquez le gouvernement. Il y a une différence entre demander la réfection d'une route dans une région parce qu'il y a un enjeu de sécurité puis investir 10 foutus milliards d'argent public dans un projet ridicule et inutile. Ce n'est pas la même chose. Et cette manière-là, méprisante, de balayer du revers de la main les critiques de l'opposition sur le troisième lien, moi, ça me rappelle la politique à la Maurice Duplessis, ça me rappelle la politique où on achète des votes avec des bouts de route payés par les contribuables.

Mme Gamache (Valérie) : M. Nadeau-Dubois, concernant le dépôt, hier, du rapport de la commission sur la réforme de la police, il y a tout un chapitre sur l'UPAC que ce comité-là voudrait voir disparaître, en quelque sorte, mixée avec une escouade de cybersécurité. Comment vous voyez cette recommandation-là? Est-ce que la ministre devrait aller de l'avant avec ça?

M. Nadeau-Dubois : C'est mon collègue Alexandre Leduc qui est en train d'analyser le rapport, notamment cette recommandation-là, donc il pourra répondre à votre question plus tard aujourd'hui. Je ne suis pas au fait de l'ensemble des recommandations.

M. Laforest (Alain) : L'UPAC, est-ce que ça doit rester?

M. Nadeau-Dubois : Nous, on pense, à Québec solidaire, que l'UPAC doit rester, sur ça, je peux le dire avec certitude, mais il faut qu'elle se mette à rendre des résultats. Ça, ça veut dire des enquêtes qui se concluent et les gens corrompus derrière les barreaux.

M. Bergeron (Patrice) : Si on dissout l'UPAC, quel message ça enverrait aux corrupteurs, par exemple?

M. Nadeau-Dubois : Un mauvais message. Un mauvais message.

M. Laforest (Alain) : Dans un autre ordre d'idées, là on est en train de déconfiner. Il y a des médecins qui laissent entendre, là, qu'il y a un risque, compte tenu que les gens, surtout les jeunes, ne sont pas vaccinés, qu'on n'a pas de deuxièmes doses, confirment qu'on n'est pas dans la même situation qu'on a vécue depuis un an et demi. Puis on a vu l'impact, là, qu'a eu le Mega Gym, 700 cas, possiblement un mort associé, neuf morts directs pour un total de 10. Est-ce que ça vous fait dire qu'on doit peut-être mettre la pédale douce, surtout qu'il va rouvrir lundi prochain, là?

M. Nadeau-Dubois : Oui. Bien, l'enthousiasme ne doit pas devenir de l'imprudence. Je comprends que les gens soient contents puis soulagés d'avoir des nouvelles possibilités pour voir leurs amis, leur famille, leurs proches, et c'est correct d'en profiter, mais de grâce profitons de ces nouvelles possibilités là à l'intérieur des limites qui sont encore en place. Ça prend un geste d'imprudence, deux gestes d'imprudence pour qu'on ait des dizaines de cas et potentiellement des décès. Il faut rester solidaire puis se rappeler que nos gestes individuels, ils ont des conséquences sur les autres.

M. Laforest (Alain) : Est-ce que ça vous a surpris de voir ça, qu'un endroit a pu générer 700 cas?

M. Nadeau-Dubois : Tu sais, on le sait, en théorie, hein, c'est écrit dans les livres, dans les journaux, que ce virus-là se propage vite. Mais de voir un cas comme ça, où l'imprudence d'une personne puis le comportement irresponsable d'un entrepreneur chamboulent autant de vies, oui, ça m'a saisi. C'est comme un rappel d'à quel point les mesures sanitaires, ce n'est pas des coquetteries, ce n'est pas là rien que pour gosser les gens, c'est essentiel pour protéger la vie des plus vulnérables.

M. Laforest (Alain) : Concernant les grèves dans les écoles, bon, vous en avez parlé, là, en disant : On utilise l'urgence sanitaire pour les infirmières. Donc, vous, vous mettez de côté la possibilité que le gouvernement se serve de ça en disant : Si on l'enlève, on enlève toutes les primes, parce que la convention n'est pas réglée. Mais, d'un autre côté, on a tout le réseau de l'éducation qui est en grève actuellement, qui prend en otage des parents, là.

M. Nadeau-Dubois : Rappelons une chose, au début de la pandémie, les syndicats ont proposé au gouvernement de reporter les négociations après la crise sanitaire. Le gouvernement de la CAQ a refusé cette proposition-là. Alors, il est très, très mal placé, ce gouvernement, aujourd'hui, pour reprocher aux travailleurs, travailleuses de l'éducation et de la santé de défendre leurs droits avec des moyens de pression.

La Modératrice : Dernière question en français.

M. Bossé (Olivier) : Le Mega Gym à Québec, est-ce qu'il devrait avoir le droit de rouvrir?

M. Nadeau-Dubois : Je ne suis pas avocat, je ne suis pas en mesure de dire juridiquement quelles sont les possibilités que s'offrent… disons, les possibilités qu'offrent les lois aux autorités d'imposer des sanctions, par exemple, mais c'est un niveau d'irresponsabilité. Je ne sais pas si c'est criminel, mais c'est moralement inadmissible, c'est… pour des raisons mercantiles ou idéologiques, mettre la vie d'autant de gens en danger, je n'ai pas de mot pour décrire à quel point c'est un comportement irresponsable.

Donc, je ne sais pas c'est quoi, les possibilités juridiques, je ne suis pas avocat, mais je n'ai pas assez d'indignation dans mes tripes pour dire à quel point je trouve ça dégueulasse de mettre la vie des gens en danger pour passer derrière le micro de certains animateurs puis se gonfler le torse que, nous, on est forts puis on est trop forts pour ça, le virus puis la pandémie. Je trouve ça épouvantable.

La Modératrice : On va passer en anglais.

Mme Senay (Cathy) : Good morning. Following up on this question, when you think about what happened to the Mega Fitness Gym, the fact that Mr. Marino said yesterday that he's not responsible for the behavior of all his clients... He doesn't take the whole responsibility at all. Do you say that, morally, this is unacceptable?

M. Nadeau-Dubois : Those explanations are not convincing at all. I don't know…

Mme Senay (Cathy) : They're not convincing at all or they are frustrating when you hear that?

M. Nadeau-Dubois : I'm not a lawyer, so I don't know what exactly the possibilities are to make that guy responsible for what he did. But what he did is morally indefensible. When you operate a business, you have responsibilities towards the people that come inside your business. You cannot recklessly put lives in danger and wash your hands of your responsibility after. It's unacceptable.

Mme Senay (Cathy) : Yesterday, Premier Legault, when he was asked about the health emergency, he said : We have to keep the health emergency because sanitary... the rules, sanitary rules are included in this health emergency. So, are you... Regarding what happened at the Mega Fitness Gym or what is happening in parks, beaches, with large gatherings, do you have the impression that Premier Legault has a good point, that he has to keep the health emergency to make rules apply?

M. Nadeau-Dubois : I think Mr. Legault is trying to... I think Mr. Legault is trying to repair the damage that was done by Christian Dubé last week when he candidly admitted that the sanitary emergency was being used for political reasons. Now, they are trying to find an explanation for that unbelievable statement by Mr. Dubé, but it's not convincing.

If they want to be clear, if they want to convince Quebeckers that they are not using the sanitary emergency for political reasons, well, they should put forward a plan, just like B.C. did, saying clearly based on which criteria will the sanitary emergency be lifted in Québec. If B.C. did it, Québec can do it too.

Mme Senay (Cathy) : So, it's not enough to say : It's for you own good that we keep the health emergency.

M. Nadeau-Dubois : It's not enough to do promises in a press conference. They need to get the job done, they need to put a clear and transparent plan on the table saying which criteria will they use to lift the sanitary emergency in Québec. It's very simple.

Mme MacKenzie (Angela) : I want to just ask you about Mr. Bonnardel's answer yesterday about the gradual reopening of the Île-aux-Tourtes bridge. He said that he has faith in the contractor who caused the closure of this bridge in the first place. What do you think on that?

M. Nadeau-Dubois : On the «pont de l'Île-aux-Tourtes»?

Mme MacKenzie (Angela) : Yes. On the contractor, the fact that Minister Bonnardel says he still has faith in the entrepreneur who caused the mistake in the first place.

M. Nadeau-Dubois : On this question, I will refer you to my colleague Ruba Ghazal, which is our spokesperson on transportation issues. It's a very specific and technical answer, and I want to be sure to give you the right information, so we will get back to you today.

Mme Senay (Cathy) : One last question. On the report of the Advisory Committee on Police Reality, there is cybercriminality, there is also mental health, there is also like the need for more diversity. What do you think... For you, as an MNA, what is the main goal here? What is the most important measure that the Minister of Public Security has to put in place ASAP?

M. Nadeau-Dubois : There are a few good things in that report, but it's a superficial report. What needed to be done is a much broader and deeper reflexion in Québec about what police do we want, what role do we want to give to the police as a society. Is it normal that a vast proportion of cases dealt by the police are in fact not public security issues but social issues? Is police the good institution to address those cases and those issues? Shouldn't we try to find better ways to help people that have a mental health crisis, that are homeless or that have a problem of drug consumption? Are the polices the good people? Is the police the good institution to deal with that? That fundamental question was completely overlooked by the report and it is sad because it's a fundamental reflexion we should be having in Québec.

La Modératrice : Merci beaucoup.

(Fin à 8 h 23 )