Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle, et Mme Marie-Claude Nichols, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’habitation

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle, et Mme Marie-Claude Nichols, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’habitation

Version finale

Le mardi 4 mai 2021, 10 h 30

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Dix heures trente-quatre minutes)

Mme Anglade : Alors, bonjour. Bonjour à tous. Aujourd'hui, je suis, donc, accompagnée de Marie-Claude Nichols pour parler de la crise du logement.

Comme vous le savez, la crise du logement touche au-delà de la Capitale-Nationale, au-delà de la métropole, plusieurs régions du Québec. Et j'ai eu le loisir, avec Marie-Claude, de parcourir virtuellement, parce qu'on n'a pas le choix de le faire virtuellement, toutes les régions du Québec, et c'est un sujet qui est revenu dans les derniers mois de manière systématique. Les gens nous ont parlé de cette crise du logement, que ce soit en Abitibi, que ce soit en Outaouais, que ce soit en Gaspésie. Toutes les régions sont touchées pas ça. Et c'est la raison pour laquelle aujourd'hui nous voulons présenter le fruit de la réflexion que nous avons faite à l'interne pour amener des pistes de solution par rapport à la crise du logement.

La crise du logement, là, ce n'est pas juste une crise... Il y a évidemment le logement social, dont on parle beaucoup, mais ce n'est pas seulement une question de logement social, c'est aussi une question de logement abordable, c'est aussi une question d'accès à la propriété. Et tous ces éléments-là mis ensemble font en sorte qu'on vit une crise aujourd'hui.

Donc, on veut présenter un ensemble de mesures qui vont pouvoir... qui vont nous permettre de répondre... en fait, on aurait espéré en tout mais à tout le moins en bonne partie à la crise qui sévit présentement. Et, pour nous présenter ces mesures, je vais céder la parole à ma collègue Marie-Claude Nichols.

Mme Nichols : Alors, bon matin. Alors, comme disait Dominique, on a fait une tournée virtuelle du Québec, et évidemment le thème du logement, là, revient... crise du logement, là, revient abondamment. On propose de la traiter en trois volets : le volet accès à la propriété, le volet logement abordable et le volet logement social.

Relativement à l'accès à la propriété, là, il y a beaucoup de jeunes familles qui sont venues nous voir, qui nous ont dit : Bien, nous, c'est impossible d'avoir accès à la propriété. Est-ce qu'il ne pourrait pas y avoir des mesures à mettre en place rapidement? Évidemment, on a proposé, puis j'en ai parlé la semaine dernière, de moderniser le régime d'accès à la propriété, là, le RAP, en le doublant, c'est-à-dire en passant à 50 000 $ la possibilité de RAPer et en rendant aussi accessible aux parents, là, le fameux RAP.

On propose aussi de doubler le crédit d'impôt pour l'achat d'une première habitation. Ça pourrait être définitivement un incitatif pour l'inspection des maisons, parce qu'on sait que c'est une problématique, là, les gens se disent : Bien, la maison est déjà tellement chère, on ne fera pas inspecter. Donc, ça pourrait être un incitatif à faire inspecter préalablement la maison. Et évidemment mettre en place, là, une politique pour encadrer les achats-reventes de résidence principale pour limiter la surenchère des propriétés.

Relativement aux logements abordables, évidemment, il faut plus de transparence des propriétaires. On parle, entre autres, de la section G du bail, là, pour indiquer combien payait le précédent locataire. Donc, il n'y a aucune sanction qui sont prévues si la section G n'est pas remplie. Donc, on propose qu'il y ait des sanctions qui soient rattachées.

Soutenir les propriétaires des petits immeubles locatifs pour favoriser les travaux de rénovation, entre autres, par un crédit d'impôt.

Encourager la création de logements abordables en région, pas juste dans les grands centres urbains comme Montréal, Québec. Ça, c'est définitivement ce qui est ressorti beaucoup, beaucoup dans les régions. Les élus municipaux, les maires nous disaient : On en veut, du logement abordable en région. Proposez-nous un programme, des solutions. Donc, il y en a. Nous autres, on dit... Puis, on le sait, là, c'est déjà 20 % plus cher d'aller construire en région puis, avec le prix des matériaux, c'est encore plus. Donc, nous, on propose un incitatif en donnant un crédit d'impôt de cinq ans pour aller construire du logement abordable en région.

Évidemment, on pense aux municipalités. Les municipalités... Quand on parle de crédit d'impôt de cinq ans, les municipalités doivent évidemment être compensées. On connaît la fiscalité municipale, c'est déjà assez complexe. Donc, compenser les municipalités.

Et, dernièrement, taxer les propriétés, là, inoccupées qui appartiennent à des non-résidents, un peu comme a fait le gouvernement fédéral. On l'a déjà proposé, notre collègue Carlos l'a proposé à plusieurs reprises.

Et, relativement au logement social, il faut augmenter les portes, définitivement, il faut augmenter le nombre de nouveaux logements qui est prévu cette année, mais ça prend une vision à long terme. Il faut prévoir à long terme. Ça prend de la prévisibilité pour le logement social. Il faut un plan de déploiement, parce qu'il y a des besoins dans les villes, mais il y a des besoins aussi dans les régions, et ça passe évidemment par le programme AccèsLogis.

Alors, en gros, c'est les pistes de solution que l'on propose dans ces trois volets principaux.

La Modératrice : Merci beaucoup. On va passer aux questions.

M. Robitaille (Antoine) : ...la spéculation, comme le proposent Québec solidaire et la Banque de Montréal, est-ce que ça serait intéressant, selon vous?

Mme Nichols : Bien, toutes les mesures sont en place. C'est sûr que ça peut être intéressant. C'est à regarder aussi. Il faut s'attaquer au problème. Ça fait que, toutes les propositions qui sont sur la table, je pense que le gouvernement se doit de les regarder. On est dans une crise du logement. Donc, oui, oui, on peut le regarder.

Moi, j'aime bien, là, la taxe antiflip sur les résidences... je dis «antiflip», là, ce n'est peut-être pas le bon terme à utiliser, là, mais...

M. Robitaille (Antoine) : Antispéculation.

Mme Nichols : Antispéculation. C'est définitivement... Oui, il faut que je fasse attention à mes termes, hein, M. Robitaille. Désolée. Donc, antispéculation, là, c'est définitivement le...

M. Bergeron (Patrice) : Mais, quand on parle de, donc, doubler le crédit d'impôt pour l'achat d'une première habitation ou d'augmenter le RAP, ça veut dire qu'il va y avoir encore plus d'acheteurs dans le marché. Ça veut dire qu'il va peut-être y avoir plus de demande encore que ce qu'il y a d'offre. Donc, les prix vont augmenter encore plus, non?

Mme Nichols : Bien, ça va donner un meilleur accès à la propriété, là. C'est l'objectif aussi, c'est de donner aux jeunes familles la possibilité d'avoir un accès à la propriété. Bien sûr qu'il faut, d'un autre côté, là, voir la surenchère, là. On voit la surenchère mais... C'est pour ça, entre autres, le... On permet de RAPer. On augmente le montant du RAP.

M. Laforest (Alain) : Mme Anglade, qu'est-ce qu'on doit faire dans le dossier de Marie-Eve Proulx, là? Il semble...

Mme Anglade : Juste avant... Je vais juste compléter puis je vais répondre à votre question. Juste un commentaire. C'est la raison pour laquelle aussi, dans les discussions que nous avons eues par rapport au RAP... C'est qu'on ne voulait pas l'augmenter, justement, trop non plus. Il faut trouver l'équilibre, hein, le point d'équilibre par rapport à ça.

Donc, la question que vous soulevez, elle est pertinente, parce que, tu sais, on pouvait se dire, bien, en faisant ça, on augmente, là, le nombre de personnes qui veulent acheter, puis ça augmente les prix, mais d'un autre côté on veut donner plus d'accès à la propriété. Donc, les montants ont été considérés en conséquence. C'est pour ça qu'on est montés, mais, à notre avis, à ce qui est acceptable, un juste équilibre. Donc, ça faisait partie des réflexions que nous avons faites.

M. Robitaille (Antoine) : Avez-vous chiffré vos mesures?

Mme Anglade : ...vas-y. Bien, mesure après mesure puis...

Mme Nichols : Oui. Bien oui, certainement, on a chiffré la plupart de... En fait, on a chiffré nos mesures. On a la chance d'avoir, au caucus, un fiscaliste, l'ancien ministre Carlos aussi, hein? C'est peut-être... qui expliquait, là, le... certains délais à présenter l'ensemble des mesures, parce qu'on voulait s'assurer que ça soit des mesures qui sont viables, là, évidemment, dans le cadre de cette crise, de cette crise du logement.

M. Larin (Vincent) : Et puis vous estimez que ça coûterait combien?

M. Bergeron (Patrice) : Ça fait combien?

Mme Nichols : Non, bien, je peux donner un exemple, là, comme, entre autres, là, quand on parle de doubler, là, le crédit d'impôt, le calcul a été fait, là, c'est à peu près 10 millions de dollars supplémentaires que ça pourrait... que ça peut être pour le gouvernement.

M. Laforest (Alain) : Revenons sur le dossier de Marie-Eve Proulx, là. Il semble qu'elle n'ait pas démissionné encore. C'est ce qu'on nous indique au cabinet du premier ministre. Qu'est-ce qu'on doit faire dans ce dossier-là, là, compte tenu que ça s'accumule depuis 14 mois?

Mme Anglade : Bien, écoutez, le dossier de harcèlement psychologique, c'est un dossier qui est sérieux. C'est un dossier qui est sérieux puis qui mérite toute notre attention et celle du premier ministre au premier chef. Évidemment, moi, je ne suis pas… je lis les médias, comme vous. Je ne suis pas au courant des détails par rapport à ce qui se passe. Mais l'accumulation, l'accumulation de plaintes, de sources d'information différentes dans ce dossier-là, le silence du premier ministre aussi à ce sujet…

On n'a pas entendu le premier… On a beaucoup entendu le premier ministre se préoccuper de pages Facebook, ce qui est important également, tous les discours haineux que nous avons sur les pages des médias sociaux, c'est extrêmement important, mais on n'a pas entendu le premier ministre sur la question du harcèlement psychologique. Je pense qu'on ne devrait pas avoir de tolérance pour ce genre de situation là, surtout qu'on parle, apparemment, de répétition.

M. Larin (Vincent) : …c'est un peu ça, ce que vous dites.

Mme Anglade : Ce que je dis, c'est que cet enjeu-là, il est tout… Quand on parle de discours haineux sur les médias sociaux, ça fait partie malheureusement aujourd'hui du quotidien de beaucoup de personnes, et on doit les condamner puis on doit proposer des mesures, comme l'étiquette, par exemple, qui a été amenée.

Maintenant, j'ai beaucoup entendu M. Legault là-dessus, je ne l'ai pas entendu sur l'enjeu de harcèlement psychologique, et apparemment ça dure depuis un certain temps. Je pense que c'est extrêmement préoccupant et j'imagine que le premier ministre…

M. Lacroix (Louis) : …qu'est-ce que le premier ministre doit faire comme... Est-ce qu'il doit l'écarter de son caucus?

(Interruption)

Mme Anglade : Excusez-moi. C'est Marie-Claude Nichols qui a fait ça avec sa bouteille en bois qu'elle a mise… Je n'ai pas l'habitude.

M. Lacroix (Louis) : Je me demandais d'où ça venait.

Mme Anglade : Merci, Marie-Claude.

M. Lacroix (Louis) : Donc, est-ce qu'on doit l'écarter du cabinet ministériel? Est-ce qu'elle peut continuer à siéger comme députée, le cas échéant, à savoir s'il y a, par exemple, du harcèlement qui se fait au cabinet? Il y a…

Mme Anglade : Le harcèlement psychologique…

M. Lacroix (Louis) : Une situation qui peut être aussi semblable à son bureau de comté, par exemple.

Mme Anglade : Oui. Deux choses. Le harcèlement psychologique, peu importe la personne, qu'on soit député, que l'on soit ministre, on ne peut pas tolérer ça. Donc, est-ce que c'est des situations qui se produisent? Ça se produit. Est-ce que ça doit être contrôlé? Est-ce qu'on doit dire que c'est tolérance zéro et puis mettre les moyens en place pour que ça ne se reproduise pas? Absolument. Puis le premier ministre a la responsabilité.

Maintenant, quand on est ministre, on a aussi un devoir d'exemplarité.

M. Lacroix (Louis) : …en place, Mme Anglade? Vous dites : Il faut mettre des moyens en place…

Mme Anglade : Non, non, mais il y a des moyens en place, à l'Assemblée nationale, là, sur le harcèlement psychologique, là.

M. Lacroix (Louis) : Comme quoi, par exemple?

Mme Anglade : Bien, vous allez voir, à l'Assemblée nationale, il y a tout un processus à suivre, s'il y a du harcèlement psychologique, aider surtout les victimes, surtout les victimes, les accompagner, les soutenir puis s'assurer qu'il y ait ce dialogue-là. Il y a tout un processus à suivre. Ça, ça existe. Alors, il s'agit de suivre ce qui est recommandé pour les députés à l'Assemblée nationale. Donc, ça, c'est à la disposition de tous les partis politiques.

Ce que je dis, par contre, par rapport à Marie-Eve Proulx, c'est qu'on a là une ministre, elle a un devoir d'exemplarité, et on a un cas où ça se répète. Ce n'est pas une occasion, on dirait qu'on a une multitude d'occasions. Et j'aimerais beaucoup entendre le premier ministre sur la question de harcèlement psychologique et sa tolérance par rapport au harcèlement psychologique.

M. Bergeron (Patrice) : Quel est le message que ça envoie, justement, à savoir que, bon, si vous avez une ou deux personnes qui se plaignent de harcèlement psychologique, il n'y a pas de problème, puis ça en prend 15 pour que, là, un moment donné, on dise : O.K…

Mme Anglade : Non, ça n'en prend pas 15, ça n'en prend… Je m'excuse. Harcèlement psychologique, ça n'en prend pas 15, ça en prend une.

M. Bergeron (Patrice) : …qu'on envoie comme message en ce moment, là.

Mme Anglade : Eh bien, c'est pour ça que je dis… Le harcèlement psychologique, ça n'en prend pas 15, ça prend un cas, et à ce moment-là on a l'obligation de réagir. Après un cas, on a l'obligation de réagir et de prendre les moyens qui sont à notre disposition. Le code, à l'Assemblée nationale, existe pour traiter ces cas-là. Alors, il ne faut pas en avoir 25.

Ce qui est préoccupant dans ce cas-ci, c'est qu'on n'en a même pas eu un, on en a plusieurs, et que jamais on a entendu le premier ministre nous dire sa position par rapport au harcèlement psychologique, et le fait que ce soit inacceptable, et que ce devrait être tolérance zéro.

M. Lacroix (Louis) : Il a été trop tolérant?

Mme Anglade : Pardon?

M. Lacroix (Louis) : Il a été trop tolérant face à cette situation-là? Il devait être au courant, à quelque part.

Mme Anglade : Bien, écoutez... Bien, ça fait des semaines que ça dure. On ne l'a jamais entendu là-dessus. Moi, je pense que c'est un problème, et le silence du premier ministre est un problème sur ce sujet-là.

M. Laforest (Alain) : Mais il a réagi rapidement sur les réseaux sociaux, là, en autres, là, sur les messages haineux. Il a été très proactif. Vous trouvez qu'il ne l'a pas été dans...

Mme Anglade : Non, je ne trouve pas qu'il a... Je ne vois pas que c'est la même chose. Je ne vois pas qu'il ait réagi avec la même vélocité, on va dire, avec la même rapidité sur cet enjeu-là que sur l'enjeu des médias sociaux où on l'a vu très actif.

M. Bergeron (Patrice) : …si vous aviez été première ministre, là, est-ce que vous auriez toléré qu'une ministre ou un ministre arrive à deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit cas de…

Mme Anglade : Non, non. Moi, la réponse est claire là-dessus. Sur le harcèlement psychologique, puis les gens qui travaillent avec moi, les gens qui... le savent, le harcèlement psychologique, je n'ai aucune tolérance pour ça, zéro tolérance pour ça.

Mme Lévesque (Fanny) : Quelle aurait été la conséquence, donc?

Mme Anglade : Non. On ne peut avoir des gens qui font du harcèlement psychologique, qui siègent autour du Conseil des ministres, à répétition comme ça. Je veux dire, il y a des incidents qui peuvent arriver, il y a des choses qui peuvent s'expliquer, mais le harcèlement psychologique, c'est documenté. Il faut qu'il y ait des discussions qui soient faites. Il faut que les victimes qui parlent de ça puissent être accompagnées. Il y a tout un processus en arrière de ça. Il faut tout de suite déclencher une enquête, s'assurer de la validité des faits, être accompagné là-dedans. Mais, quand c'est à répétition comme ça, il me semble qu'on a véritablement un problème ici avec la ministre.

Mme Gamache (Valérie) : Avez-vous l'impression que M. Legault a fermé les yeux? Parce que, là, c'est dans l'espace public depuis quand même plus d'un an, cette histoire-là, là.

Mme Anglade : Moi, je me surprends beaucoup du silence de M. Legault. Je me surprends beaucoup du silence de M. Legault sur cet enjeu-là quand il a été très vocal sur d'autres enjeux, très vocal sur la question des médias sociaux. Mais, au sein même de ses propres troupes, il a été très silencieux sur la question du harcèlement psychologique.

M. Larin (Vincent) : Du harcèlement psychologique, au Parti libéral, il n'y en a pas du tout?

Mme Anglade : Je peux vous dire une chose, s'il devait y avoir un cas de harcèlement psychologique qui était porté à mon attention, je vous garantis une chose, la première chose que je ferais, c'est aller directement avec l'Assemblée nationale et suivre les règles qui s'imposent, assurer la protection des victimes, d'abord et avant tout, et nous assurer que ce soit tolérance zéro. Je peux vous le garantir.

M. Lacroix (Louis) : Tolérance zéro pour l'intolérance, c'est ça?

M. Robitaille (Antoine) : Ou comme député aussi, là. Vous parlez des ministres, mais comme député aussi, là.

Mme Anglade : Bien, d'abord, le député… D'abord, le ministre, il a un devoir d'exemplarité. Maintenant, comme député, on ne devrait pas tolérer ça également puis on devrait accompagner les gens dans les procédures.

M. Robitaille (Antoine) : Est-ce que l'Assemblée nationale devrait rembourser les frais des députés qui sont accusés de harcèlement psychologique?

Mme Anglade : Je n'ai pas... C'est une question à laquelle je ne me suis pas attardée. Alors, peut-être que je devrais m'y attarder puis vous donner une réponse la prochaine fois. Je ne me suis pas attardée à cette question-là...

M. Robitaille (Antoine) : ...est-ce que vous trouvez que M. Legault a soufflé sur les braises de l'intolérance?

Mme Anglade : Écoutez, moi, je pense que le premier ministre a fait la démonstration qu'il considère que l'État, c'est comme une entreprise qui doit maximiser ses profits, voilà comment je le résumerais, qui doit maximiser ses profits puis que ce qui est important, dans le fond, c'est qu'on donne une valeur, une valeur en dollars, une valeur de piastres, dans le fond, à des individus. Puis, si tu fais 56 000 $ et plus, c'est bon, mais, si tu ne fais pas 56 000 $ et plus, ça, c'est moins bon, puis ça fait... en fait, tu fais partie du problème, puis ce n'est pas moi qui le dis, c'est le premier ministre qui l'a dit, qui fait partie du problème.

Je pense que c'est très dangereux d'accorder une valeur de... On ne peut pas... Ce que le premier ministre fait, en fait, c'est qu'il donne une valeur monétaire aux gens, puis je pense que ce n'est pas comme ça qu'on devrait regarder la société de manière large.

La Modératrice : Merci beaucoup. On va prendre les questions en anglais.

Mme Senay (Cathy) : Good morning.

Mme Anglade : Good morning. Do you have questions about...

Mme Senay (Cathy) : No...

Mme Anglade : OK. All right.

Mme Senay (Cathy) : ...on Marie-Eve Proulx...

Mme Anglade : OK. It sounds good.

Mme Senay (Cathy) : ...the fact that, according to Radio-Canada, she will announce she's resigning from the Cabinet. The PQ has counted about 12 cases of people that... who left. Like, that was February 2020. So, after that, maybe there are more people and harassment. So, why do think Premier Legault didn't move on this earlier?

Mme Anglade : I think it's problematic. I think the silence of Mr. Legault on this issue is really problematic. And it's not one case, it's several occasions, it's repeated occasions. It's in the media. So, he cannot not know and he hasn't been vocal at all regarding this issue. And you have to think of the victims, the signal that you are sending to the victims as well, and that's what he hasn't done. So, he really needs to answer this question around the degree of tolerance he has for psychological harassment.

Mme Senay (Cathy) : Why do you think, like...

Mme Anglade : Why?

Mme Senay (Cathy) : Yes…

Mme Anglade : Why do I think that he was silent?

Mme Senay (Cathy) : Yes. Because I remember, like, here, and when he had to say, on the Government's budget estimates, for hate messages online, and he was very clear about it, there is no tolerance. Now, he has an MNA, a minister that has many complaints of harassment, and he knows that for months. So, how come there is not a thorough examination of what happened? How come there is no move on this?

Mme Anglade : Well, because I don't think he wants to address the issue. I don't think he wanted to address the issue. If he wanted to address the issue, he would have done so. So, I don't think he… He was extremely silent on this, and I think it's sending a very wrong message to the whole population. We've been talking a lot about messages on social media. But this is something that is part of his team, part of his entourage. This is not acceptable, and he has to say something about it, and he has to act upon the situation. He has to act.

Mme Senay (Cathy) : There is MarieChantal Chassé who… there is also Sylvie D'Amours… Danielle McCann who…

Mme Anglade : Demoted.

Mme Senay (Cathy) : …from the Health Ministry. Do you have the impression that it's hard for the CAQ to keep women in Cabinet jobs?

Mme Anglade : I've always said… I've said this before about… But I think, in this particular case, we're talking about a specific case with Marie-Eve Proulx. So, I would be careful in trying to make a connection with this. You have a specific question around psychological harassment, and that's what François Legault needs to focus on today.

M. Verville (Jean-Vincent) : On the $56,000... what he said yesterday, Mr. Legault, do you agree with that vision of immigration…

Mme Anglade : Absolutely not. But it's not…

M. Verville (Jean-Vincent) : …what is your vision…

Mme Anglade : It's not a vision of immigration that he shared. It's not a vision, period. What he said is, basically : You can put a dollar sign against every single person. So, if you make more that $56,000, you're a good Quebecker, and we want you, but, if you don't make that amount of money, we don't want you, and you can't stay… I won't focus on you.

And this is a very narrow-minded vision about society. And, you know, I was in the private sector for 20 years, I was Minister of the Economy and I would never put a dollar sign, in terms of value, to somebody, the work somebody does. I would never do that. I mean, it's a lot larger than this, and François Legault should consider other elements than just the dollar signs.

M. Verville (Jean-Vincent) : So, what would you do… because there's a problem with… there's a lack of workers.

Mme Anglade : Oh, for sure, we would focus on finding the right people. Immigration is one option amongst other…

M. Verville (Jean-Vincent) : ...

Mme Anglade : No matter what the money there… Like, if you have, for example, today, a mother that cannot go back to work… Let's just work on some numbers. She makes $100K, but she cannot go back to work because… There's somebody working in a day care that's not available to her. That person is making $40,000. Like, does that make sense to focus on both? Does that make sense to have somebody getting this amount of money, $40,000, doing a very important job and supporting other people making more money?

I mean, this is not what the economy is all about. We need all people. Maybe François Legault needs half his population, we need all the Quebeckers, at the Liberal Party.

M. Verville (Jean-Vincent) : …English-speaking family, that it's hard to get services for them… So, what are the solutions?

Mme Anglade : This is… What are the solutions? Some of them are actually part of the report. So, I think we need to put in place the recommendations that are in the report in terms of support, specific support to certain families that have specific needs. And that's why I think we need to have a clear deadline, a plan… deadlines, but action plan from the Government in order to implement all those recommendations. And part of those recommendations would cover this issue for English‑speaking families that definitely need more support. Thank you.

La Modératrice : Merci beaucoup.

(Fin à 10 h 55 )

Participants


Document(s) associé(s)