Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Eric Girard, ministre des Finances

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Eric Girard, ministre des Finances

Version finale

Le mardi 9 mars 2021, 10 h 20

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Dix heures vingt-six minutes)

M. Girard (Groulx) : Alors, bonjour à tous. Alors, je vous annonce aujourd'hui que... En fait, j'ai deux annonces pour vous aujourd'hui. Tout d'abord, je vous annonce que le budget du Québec sera déposé le jeudi 25 mars, et j'annonce également que nous allons modifier l'application de la norme comptable sur les paiements de transfert en accord avec la recommandation de la Vérificatrice générale.

Alors, pour être précis, il n'y a aucun impact sur la dette brute et sur les programmes d'emprunt du gouvernement, mais cette modification à la norme comptable va augmenter la dette nette du Québec de 12 milliards de dollars, et 11 de ces 12 milliards de dollars précèdent notre arrivée au gouvernement. Et c'est la bonne chose à faire. Nous reconnaissons le point de vue de la Vérificatrice générale et allons faire la modification. Merci.

La Modératrice : On va être prêts à prendre vos questions.

M. Lacroix (Louis) : ...je comprends que le budget, c'est le 25, là, mais vous aviez parlé, dans vos projections, d'un déficit de 15 milliards de dollars. Est-ce qu'on est toujours dans ces chiffres-là en ce moment?

M. Girard (Groulx) : Oui. On n'a pas fait de modification à ce qu'on a dit au mois de novembre, là. Les chiffres qui avaient été énoncés, au mois de novembre, sur la croissance économique, le déficit 2020‑2021, la croissance économique 2020, sont toujours valides. Bien sûr, il y aura une mise à jour au budget, là.

M. Bellerose (Patrick) : ...au mois de novembre. Il restait quatre mois, évidemment, là. Qu'est-ce qui fait que, dans les quatre derniers mois, on a augmenté d'environ...

M. Girard (Groulx) : Bien, d'abord, il y a l'application des mesures, hein? Il y a eu plusieurs mesures qui ont été annoncées en juin, en novembre. Et, vous savez, dans le contexte dans la pandémie aussi, on n'a pas attendu les énoncés budgétaires pour faire des annonces. Il y a eu des annonces entre-temps. Alors, c'est l'effet des mesures, le passage du temps, l'utilisation de la contingence. Je vous rappelle qu'il y avait une contingence, une provision pour éventualités importante de 4 milliards de dollars.

M. Bellerose (Patrick) : ...faire un versement ou est-ce qu'on va chercher un montant là-dessus pour éviter, justement, un déficit trop important?

M. Girard (Groulx) : Il n'y a aucun changement dans... Aujourd'hui, je vous annonce la date, et on va divulguer le budget, l'information du budget à tout le monde en même temps le 25. Alors, il n'y a aucun changement. On a l'intention de maintenir le Fonds des générations.

M. Carabin (François) : ...déposiez un plan de retour à l'équilibre budgétaire...

M. Girard (Groulx) : Effectivement, c'est la loi. C'est toujours notre objectif de revenir à l'équilibre budgétaire, de respecter les conditions de la loi.

Mme Crête (Mylène) : Sur le recouvrement des dettes à l'aide sociale, je voulais savoir pourquoi Revenu Québec a enfreint le moratoire, là, qui avait été mis en place.

M. Girard (Groulx) : En fait, je vous remercie de soulever cette question. Je suis en train de faire les analyses avec... regarder la situation, exactement ce qui s'est passé. Le but, à ce moment-ci, c'est d'annoncer la date du budget. Je vais faire le...

Mme Crête (Mylène) :...corriger la situation?

M. Girard (Groulx) : Bien, je vais d'abord faire le tour de la question et comprendre c'est quoi, la situation, puis je pourrai en parler après avoir pris... mesuré l'ensemble du dossier.

M. Chouinard (Tommy) : Qu'est-ce qui vous a convaincu à vous rendre aux arguments de la Vérificatrice générale?

M. Girard (Groulx) : Je dirais que c'est... D'abord, la situation a évolué. Cette note aux états financiers là est là depuis 2013, et le point de vue du gouvernement, qui était solide au départ, avec l'évolution de la comptabilité des entités publiques, l'évolution de l'interprétation par les firmes indépendantes... Je pense que le point de vue de la Vérificatrice générale prenait de plus en plus le dessus.

Et moi-même, lorsque je suis arrivé puis j'ai été nommé ministre des Finances... Vous savez, on nous remet d'importants cartables, et tout se passe très vite. Six semaines plus tard, il y avait le dépôt d'une mise à jour avec une baisse d'allocations aux familles. Puis ça fait déjà longtemps de ça, mais on m'avait souligné cette note aux états financiers. J'en avais pris connaissance. Et, à mesure que le temps avance, l'évolution et la constatation aussi... C'est un point qui est important.

Nous étions la seule province au Canada à interpréter la norme comptable de cette façon. Donc, un des gains de modifier cette interprétation, c'est que la base comparative entre les provinces au niveau de la dette nette, puisque c'est la dette nette qui est la mesure qui est utilisée pour comparer les niveaux de dette au Canada, la base comparative sera plus précise...

M. Bergeron (Patrice) : ...est-ce que ça peut avoir une incidence sur, par exemple, la cote de crédit du Québec? Parce que, là, tout à coup, il y a un chiffre qui apparaît, qui est 12 milliards de plus.

M. Girard (Groulx) : Pas du tout, parce que la dette brute n'est pas modifiée, le programme d'emprunt n'est pas modifié. L'existence de la note aux états financiers était bien connue des agences de crédit. Tout ça était transparent. Il y avait une interprétation recommandée par la Vérificatrice générale. Il y avait une interprétation du gouvernement. Et là, puisque la VG l'a mentionné avant le départ pour les vacances, 19 février, qu'elle maintenait toujours son point, je pense que c'est important, à la rentrée aujourd'hui, de souligner qu'on va se conformer à sa recommandation.

M. Chouinard (Tommy) : Mais est-ce que ça modifie quoi que ce soit au ratio dette-PIB que l'on doit atteindre, là, en vertu de la loi...

M. Girard (Groulx) : En fait, étonnamment, non, parce que... bien, en fait, oui, sur la somme des déficits cumulés, mais non, sur la dette brute. Mais c'est très technique, O.K.? Mais, je tiens à rappeler, ça ne modifie pas la dette brute, les emprunts, la cote de crédit. Ça modifie la dette nette et la somme des déficits cumulés. Mais la somme des déficits cumulés, c'est une mesure qui est moins connue et étudiée, tandis que la dette brute est surveillée par les marchés financiers. Et la dette nette est la base comparative entre les provinces.

M. Chouinard (Tommy) : L'automne dernier, dans vos prévisions, vous disiez que, pour le prochain exercice financier, celui que vous allez présenter le 25 mars, on serait dans l'ordre d'un déficit de 8 250 000 000 $. Ça, c'est toujours ce qui est prévu en ce moment?

M. Girard (Groulx) : Bien, écoutez, tout ça va être mis à jour, mais il n'y a... Aujourd'hui, je n'annonce aucune modification à ce qui a été dit au mois de novembre. Aujourd'hui, j'ai deux choses à vous dire, la date du budget et qu'on va se conformer à la recommandation de la Vérificatrice générale.

M. Chouinard (Tommy) : Il reste que, dans les rapports mensuels du ministère des Finances, on constate quand même que la baisse, la chute des revenus du gouvernement paraît plus importante que celle que vous anticipiez. À moins que vous ayez... Vous avez certainement des chiffres plus récents. Est-ce qu'effectivement... Je crois que vous aviez tablé, pour la présente année, à une croissance des revenus de 1,5 %, même révisée à cause de la pandémie, mais là on était quand même très, très loin. On était dans le négatif, là. Est-ce que, là, on est en train de redresser la barre ou, dans les faits, ça va être une chute plus importante?

M. Girard (Groulx) : Je veux juste vérifier... Est-ce que tu préfères que je regarde la caméra ici ou que je regarde la personne?

Une voix : ...

M. Girard (Groulx) : O.K. Excusez-moi, là. En général, je regarde la personne qui me parle, là. C'est un point technique. Excusez-moi.

Oui. La question, c'est... Le rapport mensuel est différent de nos prévisions. On est en contexte de pandémie. Il y a énormément d'incertitude. Je vous dirais que ce qu'on constate dans l'ensemble, là, c'est que la situation économique, en 2020, est un peu meilleure que prévu, et les anticipations pour 2021 sont plutôt positives en raison de l'évolution de la vaccination, du plan de stimuli budgétaire du gouvernement fédéral américain. On voit, dans l'ensemble, qu'il y a un optimisme prudent par rapport à 2021.

Mais vous avez raison que le rapport mensuel n'est pas exactement sur ce qu'on avait prévu, puis c'est pour ça qu'on avait une contingence de l'ordre de 4 milliards, une provision pour éventualités.

M. Chouinard (Tommy) : ...les revenus vont être inférieurs, mais, à cause de la provision de 4 milliards, on va... ça va fonctionner...

M. Girard (Groulx) : Bien, je ne confirme pas que les revenus vont être inférieurs, là. Je vous dis que les résultats qui ont été publiés dans le rapport mensuel sont un peu meilleurs que prévu, mais c'est parce que l'ensemble des mesures ne sont pas déployées dans le temps.

M. Bellerose (Patrick) : ...générale, la philosophie du budget, est-ce qu'on parle d'investissements massifs pour relancer l'économie? Est-ce qu'on parle de resserrer les dépenses de façon importante?

M. Girard (Groulx) : O.K. Merci pour la question. Je pense que c'est un budget... Nous serons toujours en pandémie le 25 mars. Alors, la priorité, c'est renforcer le système de santé, combattre la pandémie. C'est la priorité. Ensuite, il y a évidemment soutenir les Québécois, les entreprises, et relancer l'économie. On sait qu'on a relancé l'économie… On a dévoilé le plan de relance dans la mise à jour de novembre et on va poursuivre les mesures pour relancer l'économie et donner l'heure juste sur les finances publiques. C'est le moment de le faire en toute transparence, donner l'heure juste sur les finances publiques au Québec.

M. Bellerose (Patrick) :

M. Girard (Groulx) : À très court terme, il n'est pas question de réduire les dépenses, hein? On est en pandémie. On fait des efforts colossals au niveau de la santé puis… colossaux et on va continuer.

La Modératrice : Une dernière question à Tommy, puis après ça en anglais.

M. Chouinard (Tommy) : …avant la fin de l'exercice financier. On a déjà vu des gouvernements faire ça auparavant, là. Est-ce que je dois comprendre que cet argent-là vient de sommes non utilisées de la réserve de 4 milliards que vous aviez mise de côté?

M. Girard (Groulx) : C'est-à-dire que, l'Internet haute vitesse, je pense que la pandémie a montré l'importance de cela... bien, on le savait déjà, mais a exacerbé la situation. Et, dans la mesure où on est prêts, on fait l'annonce maintenant, là. Ce n'est pas… C'est important dans le…

Journaliste :

M. Girard (Groulx) : Oui, mais, dans le contexte de la pandémie, c'est important de ne pas se limiter aux cycles budgétaires pour faire des annonces, là. Il y a des besoins, on y va. On donne un coup de main pour l'Internet haute vitesse parce que c'est important.

La Modératrice : Questions en anglais.

M. Girard (Groulx) : Est-ce que vous voudriez que je répète en anglais le…

Mme Senay (Cathy) : …just what you said, yes. That would be great.

M. Girard (Groulx) : OK. So, the Québec budget will be tabled on Thursday, March 25th, and we will modify the treatment of the accounting… we will modify the accounting treatment of the rule with respect to transfer payments in accordance with the recommendation of the Auditor General.

Mme Senay (Cathy) : On March 25th, Mr. Girard, Québec and the rest of the world will still be in the midst of the pandemic. How do you… are preparing Quebeckers for the budget this year? What's your state of mind? How are you preparing Quebeckers for your budget?

M. Girard (Groulx) : OK. So, we're still… On the one hand, we're still in the pandemic, so there will be a very important effort again, in terms of public finance, with respect to health care, that's undeniable. On the other hand, we're seeing forward the aftermath… or the restart of the economy. And we've said, in the autumn statement, what was the plan for the restart of the economy and we're going to keep implementing this plan. And it's very important to keep supporting the economy to help Québec get back to its growth path that it had prior to the pandemic.

M. Authier (Philip) : Good day. What would you say is the degree of uncertainty as we're heading to a second year of the pandemic with the finances? What is the level of uncertainty when you're trying to make your forecasts?

M. Girard (Groulx) : Well, the uncertainty is part of the job, OK? You always have uncertainty. That's why we provide point estimate with range, higher estimate, lower estimate. It's always part of the job. I would say that the uncertainty now is less than it was in November because we now have a timetable for vaccination. The uncertainty is a lot less than when I came out, in April, and said that we were going to have a deficit in the magnitude of $15 billion and predicted a minus 6.5% growth.

Québec was probably the first province to come out and provide transparency with respect to growth and public finance during the pandemic, prior to the Government of Canada, the Department of Finance of Canada, the Bank of Canada, the Province of Ontario. Québec came out, said : These are our estimates with respect to public finance and growth. And we've updated these forecasts, and I would say that, as far as we are now, I'm actually quite relieved how close these estimates were to the real situation. And the uncertainty now is less than it was in November or June.

M. Authier (Philip) : …because the feds have delayed their budget because of the uncertainty. They don't have that idea. What makes you able to proceed?

M. Girard (Groulx) : Well, I think the fed has other consideration with respect perhaps to the electoral process. I speak to vice-Prime Minister Freeland quite often. We've talked quite a bit about health transfer recently. The relationship is excellent. And we are ready to go in March, and they will let us know when they are ready to go. They haven't announced that yet.

Mme Fletcher (Raquel) : Last year, as in previous years, you presented your five-year plan. This year, did you have to throw out that five-year plan and restart again? Because nothing, in the last budget, really... I guess.

M. Girard (Groulx) : Well, we've updated the... We gave a three-year forecast in the autumn. So, we've already updated the public, and the investor community, and the rating agencies in November. Now, we're going to provide a full fiscal framework, a five-year fiscal framework. Québec nor Ontario did provide more than the current year plus two years in the fall. So, with this much… We're going back to the fiscal framework, five-year length.

Mme Fletcher (Raquel) : But you had to throw out the other plan and start over.

M. Girard (Groulx) : We've updated the plan all along, and I think we've shown that we were flexible. I mean, the budget allowed us to present the green plan, le Plan pour une économie verte, and that was deployed. And that's very relevant right now as the U.S. is moving, and Canada wants to increase its target. The environment… As the pandemic is slowly receding, the importance of the environment is coming back, and we've tabled our plan, and we're going ahead.

There were also other measures, in the budget, with respect to «les proches aidants», with respect to investments which were appropriate. But you're right that the financial framework has been updated quite a bit.

Grillo (Matthew) : Following the Auditor… If you're going to follow the Auditor General's recommendations, how is that going to change the numbers, notably the debt?

M. Girard (Groulx) : It's going to increase the net debt by $12 billion, which is 2.6% or 2.7% of GDP. So, the number that we have provided for net debt, as of March 31st, 2020, is going to be increased by 2.7%.

M. Carabin (François) : …ça va se faire devant…

M. Girard (Groulx) : En fait, moi, j'ai une excellente équipe. Moi, je me concentre sur le budget, et mon équipe s'occupe de la logistique, et tout va être fait dans le respect des règles sanitaires.

M. Carabin (François) :

M. Girard (Groulx) : Ah! les partis d'opposition sont une partie prenante. On va s'assurer qu'ils puissent prendre connaissance du budget et faire leurs critiques constructives, comme c'est le processus habituel. Merci.

(Fin à 10 h 44)

Participants


Document(s) associé(s)