National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle, et Mme Jennifer Maccarone, porte-parole de l’opposition officielle pour les clientèles vivant avec un handicap ou avec le spectre de l’autisme et pour la communauté LGBTQ2

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle, et Mme Jennifer Maccarone, porte-parole de l’opposition officielle pour les clientèles vivant avec un handicap ou avec le spectre de l’autisme et pour la communauté LGBTQ2

Version finale

Tuesday, September 22, 2020, 15 h 45

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Quinze heures quarante-six minutes)

Mme Maccarone : Bonjour à tous et à toutes. D'emblée, c'est une très, très, très grande fierté pour moi de déposer mon premier projet de loi, un projet de loi qui vise à interdire la thérapie de conversion, le projet de loi n° 599, Loi visant le respect de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre.

D'emblée, j'aimerais mentionner qu'être lesbienne, être gai, être bisexuel, transgenre, bispirituel, ce n'est pas une maladie, ce n'est pas être guéri. D'interdire la thérapie de conversion, c'est très important parce que la thérapie de conversion n'a pas sa place au Québec.

Pour ceux qui ne savent pas, il y a au moins 47 000 hommes, à travers le Canada, qui ont subi de la thérapie de conversion, un homme sur cinq qui a été visé par des efforts de coercition. C'est aberrant. La thérapie de conversion cause de la détresse, de l'anxiété, l'alcoolisme puis le suicide.

L'interdiction... à l'intérieur de ce projet de loi, nous allons interdire les services qui sont offerts par les professionnels. On va empêcher leur couverture par l'entremise de la Régie de l'assurance maladie du Québec. On va empêcher aussi les organismes de bénéficier des avantages fiscaux. Ça s'élève, annuellement, à au-dessus de 25 millions de dollars en crédits d'impôt, l'argent qui pourrait être très facilement utilisé ailleurs au bénéfice de la communauté LGBTQ2 et pour aider dans les causes sociétales.

On suit des provinces qui ont déjà mis en place des interdictions, telles qu'Ontario, Manitoba, Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard. Et on sait qu'au niveau fédéral ils ont essayé, dans leur capacité, d'interdire, de criminaliser la thérapie de conversion. Alors, nous, malheureusement, car on sait que le fédéral ne pourra pas poursuivre dans leurs démarches, on trouve que...

Le Parti libéral du Québec, on est en connexion constante avec la communauté LGBTQ2, on les aime. Je fais partie moi-même de la communauté. C'est une fierté pour moi d'être leur porte-parole et de porter leur voix. Parce qu'encore une fois, je dois répéter, la thérapie de conversion n'a pas sa place ici, dans la province du Québec, et ce n'est pas une maladie de faire partie de la communauté.

Si vous me permettez, je veux juste faire une petite tranche de vie. À mon bureau de comté, j'ai accueilli une jeune femme trans, elle s'appelle Alesi, elle a demandé d'avoir l'aide médicale à mourir à cause des années de la thérapie de conversion qu'elle a subie. Elle a 32 ans, en santé parfaite, un esprit d'état parfait, mais plus capable de vivre. C'est ça, l'impact de la thérapie de conversion. C'est pour ça qu'il faut abolir et interdire la thérapie de conversion.

Le Modérateur : En anglais.

Mme Maccarone : I'm very proud to deposit my very first bill today, in the National Assembly, Bill 599, An Act to respect sexual orientation and gender identity.

To begin with, very important for people to know that being part of the LGBT2Q community, whether you're lesbian, whether you're gay, bisexual, transsexual or bispiritual, it is not a sickness. It does not need to be corrected. It's very important. And that's why this bill is incredibly meaningful because it will prohibit conversion therapy in the Province of Québec. Conversion therapy causes distress, it causes alcoholism, it causes addiction to drugs, anxiety, suicide. It is a terrible thing that does not have its place.

So, within this bill, what we aim to do is to prohibit the professional services that will be offered in the province, that you will not be able to submit claims under the régie de l'assurance médicale du Québec, and we will not allow for any tax credits to be submitted by organizations that are submitting and offering these types of services. For those that are not aware, it's over $25 millions annually, in tax credits, that are being given to those organizations, that could easily be used to support the LGBTQ2 community or other organizations.

We're following other provinces. Ontario, Manitoba, Nova Scotia and Prince Edward Island have already deposited bills to this effect, and we hope that, at some point in the future, the federal Government will redeposit their bill that will criminalize conversion therapy across Canada.

So, I'm also very proud that I'm joined today by my chef. Je suis très, très fière que je suis jointe aujourd'hui par ma cheffe. Ça démontre la solidarité que notre parti a envers la communauté et comment nous travaillons en collaboration. C'est une nouvelle ère, et pour moi c'est vraiment une fierté de partager cette nouvelle avec vous tous aujourd'hui. Alors, merci beaucoup.

Mme Anglade : Alors, bonjour. Bonjour à tous. Je dirai quelques mots par rapport au projet de loi qui a été déposé.

D'abord, vous dire à quel point c'est important pour nous d'amener de l'avant des projets qui permettent aux gens d'être tout ce qu'ils peuvent être. J'aimerais particulièrement remercier Jennifer Maccarone, la députée, qui fait un travail remarquable pour identifier ces enjeux, mais aussi pour y trouver des solutions qui sont concrètes, des solutions qui nous mènent plus loin.

Ce débat-là sur les thérapies de conversion est un débat qu'on ne devrait même plus avoir aujourd'hui. Et il faut absolument qu'on arrive à éliminer ces thérapies qui ont un impact considérable sur les jeunes mais sur les plus vieux également.

Si je fais de la politique, c'est parce que je crois que chaque personne peut atteindre son potentiel et qu'on doit éliminer certaines des barrières qui empêchent justement cette atteinte-là. Et un projet comme celui-là, c'est exactement ce que ça fait, ça permet à des gens qui, pour des raisons d'orientation sexuelle, de choix, n'ont pas la capacité d'aller au bout d'eux-mêmes. Et c'est la raison pour laquelle j'ai beaucoup de fierté à appuyer ce projet de loi.

It is a great honor for me to be here today and support my colleague, Jennifer Maccarone, MNA for Westmount—Saint-Louis. Jennifer has demonstrated over the months and the last two years a commitment towards the LGBTQ community. But, more importantly, she has demonstrated the ability to come up with real solutions, concrete options that we have. And this bill that is tabled today really testifies for the work that she's been doing over the last few months. Very happy to be here.

Everybody has the right to be whoever they are, and we should not have conversion therapies, here, in Québec. These things should not exist. And Bill 599 is really the demonstration that we can actually do something, as politicians, to prevent the situation from happening in the future. So again, very happy to be here to talk about this specific issue today.

Encore une fois, merci beaucoup à Jennifer Maccarone, qui fait un travail remarquable. Puis c'est avec beaucoup de fierté que je suis avec toi au sein de notre caucus. Merci beaucoup, Jennifer.

Mme Maccarone : Merci.

(Fin à 15 h 53)

Participants


Document(s) Related