National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Jennifer Maccarone, porte-parole de l’opposition officielle en matière de diversité et d’inclusion, et M. Frantz Benjamin, porte-parole de l’opposition officielle pour les dossiers jeunesse

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Jennifer Maccarone, porte-parole de l’opposition officielle en matière de diversité et d’inclusion, et M. Frantz Benjamin, porte-parole de l’opposition officielle pour les dossiers jeunesse

Version finale

Thursday, August 20, 2020, 13 h

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Treize heures une minute)

La Modératrice : Alors, bienvenue à ce point de presse du porte-parole Frantz Benjamin, là, qui sera suivi de Jennifer Maccarone.

M. Benjamin : Alors, bonjour, tout le monde. Donc, aujourd'hui, c'étaient les crédits pour les dossiers jeunesse. Évidemment, donc, dans un premier temps, je dois partager mes déceptions, donc, nous n'avons pas eu les réponses attendues pour les jeunes du Québec sur plusieurs enjeux qui les touchent. Je pense, entre autres, aux enjeux de la santé mentale, qui touchent de plein fouet les jeunes du Québec, particulièrement suite à cette pandémie.

Donc, nous nous attendions, conformément aux questions que nous avions posées, d'ailleurs, au premier ministre en ce qui est des mesures, des ressources additionnelles — et aussi c'est ce que les organismes jeunesse nous demandent, aussi — qu'il y ait des mesures spécifiques additionnelles qui soient déposées sur la table pour appuyer les efforts au niveau de la santé mentale des jeunes. Malheureusement, il n'y a pas eu de réponse satisfaisante à ce niveau-là.

Un enjeu aussi qui préoccupe la majorité des Québécoises et des Québécois, et particulièrement les jeunes du Québec, c'est la lutte contre les changements climatiques. Et j'ai soumis ce matin au premier ministre les orientations de plusieurs de ses ministres dans plusieurs dossiers, notamment le ministre de l'Environnement, pour ce qui a trait, par exemple, à son échec dans le dossier de l'eau et combien... comment ce dossier-là est important pour l'ensemble des jeunes du Québec. Et je l'ai encouragé, je l'ai encouragé à être plus courageux, à faire davantage pour les questions de lutte, la réduction des GES, lutte contre les changements climatiques. Mais, là encore, nous attendons encore toujours les réponses.

Et la semaine prochaine, d'ailleurs, on aura l'occasion, dans le cadre du projet de loi n° 44, donc, qui est ce projet de loi, comme vous le savez, donc, où l'enjeu concernant le TEQ, Transition énergétique Québec, sera abordé, une agence qui est efficace, qui donne des résultats... Mais malheureusement le gouvernement veut justement saper cette agence en l'intégrant au ministère des Ressources naturelles.

Nous avons aussi abordé d'autres enjeux, par exemple l'enjeu de l'éducation, toute la question du décrochage scolaire. Aujourd'hui, le gouvernement n'a mis aucune ressource sur la table pour, justement, appuyer les organismes communautaires, qui nous disent que la pandémie va faire en sorte qu'il y a... c'est un facteur aggravant par rapport au décrochage scolaire. Et là encore on attend toujours les réponses concrètes, les actions concrètes par rapport à ce dossier-là.

Donc, nous avons encore abordé plusieurs autres dossiers. Donc, si vous souhaitez peut-être de plus amples détails, donc, je serai là pour répondre à vos questions. En attendant, je passe la parole à ma collègue, donc, Jennifer Maccarone.

Mme Maccarone : Merci beaucoup, Frantz. Un petit survol de la semaine, à date, des crédits. J'ai le grand plaisir d'avoir des échanges avec plusieurs ministres dans plusieurs ministères.

Alors, pour le début, alors, c'étaient des discussions par rapport au comité contre le racisme, avec la ministre Girault. C'était insatisfaisant de faire des échanges, avec le manque de transparence que nous avons reçu avec des questions qui sont tout à fait légitimes par rapport aux groupes qui seront rencontrés, le nombre de groupes qui seront rencontrés, le budget qui sera octroyé pour rejoindre les attentes de la population à attaquer le racisme systémique.

Le manque d'ouverture du gouvernement d'adresser qu'il y a actuellement du racisme systémique à travers la province, que c'est un enjeu fondamental pour les Québécoises et Québécois, c'était décevant. Et c'est évidemment un manque de vouloir... d'agir de la part du gouvernement que le manque de transparence d'entendre les groupes, puis des groupes qui sont primordiaux à entendre, et aussi d'avoir une ouverture, d'avoir une forme de témoignage pour les victimes du racisme. Je suis triste pour la population qui sont actuellement pris en cause et en otage, sans avoir réussi à rejoindre les... à répondre à des questions que nous avons posées.

Attaquer le racisme systémique, je pense que c'est le devoir de tous les Québécoises et Québécois, et nous devons travailler en collaboration. Nous avons demandé de faire une formule qui est plus non partisane, pour travailler en collaboration, et ça aussi, ça a été un refus du gouvernement.

En échanges avec le ministre Lionel Carmant par rapport à Santé et Services sociaux, nous avons posé plein de questions par rapport aux personnes autistes et les personnes handicapées, entre autres, pour leur santé mentale, la façon qu'eux, ils ont été traités pendant la pandémie. Quand on parle du budget, le mot «autisme» ne figure qu'une fois dans le budget qui a été déposé par le gouvernement caquiste. C'est une déception totale pour cette population.

En demandant à M. Carmant comment qu'il se sent face à l'effet que les enfants autistes sont placés dans l'institut Louis-Philippe-Pinel, qui est quand même un système d'incarcération pour ces personnes-là, il a dit lui-même que ça lui rend mal à l'aise. Sauf que c'est lui qui a approuvé cette décision. Alors, la vision pour l'hébergement pour les personnes autistes est toujours manquante. On n'a pas eu de réponse à ces questions-là.

Par rapport aux enfants handicapés, les enfants qui ont besoin d'adaptation au niveau scolaire, pour la rentrée dans un milieu pandémique, avec la COVID, avec tout ce que nous avons à conjuguer pour ces familles-là et ces enfants, aussi, le ministre a dit que, bien, dans le fond, il a eu des discussions avec son collègue Jean-François Roberge, mais, évidemment, il n'a pas beaucoup de pouvoir parce qu'on n'a rien mis en place. On a toujours beaucoup de questions pour cette population puis cette communauté qui sont hypervulnérables.

Alors, en espérant que le gouvernement va agir en nom de ces élèves et de leur famille, parce que le temps presse, la rentrée est demain, alors il faut avoir des actions rapidement.

Les échanges avec le ministre de la Justice par rapport à la lutte contre l'homophobie et la transphobie ont très bien été. Je salue l'ouverture du ministre pour agir en nom des personnes, aussi, qui sont surmarginalisées, qui ont besoin d'aide pour l'accès aux soins de santé, aux soins de services sociaux. Pour avoir plus de sensibilisation auprès de la population, il faut agir aussi. Il faut changer, au niveau de la législation, pour reconnaître leurs droits et les besoins de cette population.

Alors, une semaine bien remplie. Puis nous avons hâte à avoir des échanges avec le ministre de la Santé ainsi que la ministre responsable de la Sécurité publique. Merci.

La Modératrice : Merci beaucoup.

(Fin à 13 h 8)

Participants


Document(s) Related